Selon le syndicat de la profession : 1.136 vétérinaires en grève

Selon le syndicat de la profession : 1.136 vétérinaires en grève

par H. Barti, Le Quotidien d’Oran, 2 juin 2008

Le taux de suivi de la grève entamée avant-hier, par le Syndicat national des vétérinaires fonctionnaires de l’Administration publique (SNVFAP) a dépassé les 85 %, a indiqué hier, le secrétaire général du syndicat, le Dr Kaddour Hachimi Karim. Qualifiant le mouvement de « réussite », le SG du SNVFAP précise que le nombre de vétérinaires fonctionnaires de l’Administration publique ayant pris part à cette grève est de 1.136, répartis sur 319 abattoirs de viande rouge et 393 abattoirs de viande blanche, ainsi qu’à travers les postes de contrôle aux frontières.

Le syndicaliste notera, néanmoins, que sur appel de son syndicat, les vétérinaires de la wilaya d’Oran ont été instruits d’assurer normalement leur travail, afin de ne pas pénaliser davantage la population oranaise, qui connaît depuis une semaine déjà des perturbations liées aux dernière émeutes qu’a connues le chef-lieu de wilaya. Le Dr Kaddour Hachimi Karim ne manquera pas de souligner dans ce même ordre d’idées, la non participation à ce mouvement de protestation des vétérinaires des wilayas de Relizane, Mostaganem, Chlef et Sétif, qui ont été, a-t-il dit, réquisitionnés sur ordre de leurs walis respectifs. Des réquisitions critiquées par le premier responsable du syndicat, qui, a-t-il estimé, empêchent les syndicalistes d’exprimer leurs revendications à travers leur droit à la grève. Le syndicat a, pour rappel, annoncé dans un communiqué, sa décision d’entamer un mouvement de grève du 31 mai au 02 juin. Une grève qui a été présentée comme un prélude à un mouvement de protestation encore plus vaste, « si les choses n’évoluent pas ». « Les pouvoirs publics doivent s’attendre à d’autres surprises, notamment à la rentrée sociale qui coïncide avec le mois de Ramadan », avait menacé le syndicat.

Selon le syndicat, cette offensive s’inspire de la volonté des adhérents du SNVFAP, telle qu’exprimée à l’occasion du dernier Conseil national consultatif tenu le 08 mai dernier, en présence des représentants de 36 wilayas du pays, où l’on a réclamé « un durcissement de la protestation, pour faire aboutir les revendications » prévoyant toutes les options « allant des sit-in jusqu’à la démission collective ».

Le syndicat attend toujours un « signal fort » de la part des pouvoirs publics tel qu’exprimé par le secrétaire général du Syndicat national des vétérinaires. «On espère sincèrement voir la situation se débloquer et que la direction générale de la Fonction publique et le ministère des Finances valorisent cette fonction à sa juste valeur », a encore indiqué le syndicaliste, contacté par téléphone. Les vétérinaires exigent l’application de l’avant-projet du statut des médecins vétérinaires et médecins vétérinaires spécialistes, tel qu’il a été rédigé en commun accord avec la tutelle, la récupération de la prime vétérinaire spécifique qui a été assimilée par le ministère des Finances à l’indemnité globale spécifique. Le syndicat revendique aussi son association à la discussion sur le projet du régime indemnitaire, ainsi que l’ouverture sur le fonctionnement et le devenir des services vétérinaires.