Les travailleurs d’ArcelorMittal reprennent le travail

Les travailleurs d’ArcelorMittal reprennent le travail

Farouk Djouadi , Maghreb Emergent, 29 Mai 2011

Retour au travail aujourd’hui pour les ouvriers du complexe sidérurgique d’El-Hadjar (Annaba). La direction d’ArcelorMittal a accepté une augmentation de salaire de 18 % repartie sur 2 ans, nous a indiqué Smain Kouadria, secrétaire général du syndicat de l’entreprise.

Les deux parties sont parvenues à un accord, hier à minuit. Une première augmentation de 10 % s’appliquera dès le mois de juin 2011 avec effet rétroactif à partir de janvier 2011. Une deuxième tranche d’augmentation, estimée à 4 %, entrera en vigueur à partir de décembre 2011. Le 4 % restants seront appliqués en 2012, en fonction de l’atteinte des objectifs à fixer en novembre prochain, a indiqué le syndicaliste. Un accord qui représente une avancée par rapport à l’offre faite hier par Vincent le Gouic, DG d’ArcelorMittal Annaba d’une augmentation de 18 % dont 8 % applicable en 2012 en fonction de l’atteinte des objectifs de production. Une proposition rejetée par le Conseil syndical qui a appelé à une grève illimitée entrainant, hier après-midi, la paralysie totale du complexe sidérurgique. Selon Smain Kouadria, le syndicat est parvenu à convaincre les dirigeants d’ArcelorMittal Annaba d’alléger les paramètres de production. « On a baissé les objectifs pour qu’ils soient réalisables », a-t-il dit. Les deux parties ont convenu, aussi, de rouvrir les dossiers relatifs à la nouvelle grille des salaires, la convention collective et au régime indemnitaires. Ce dernier point, précise Kouadria, porte notamment sur la prime de commandement et la revue de carrière.

Convention ArcelorMittal-Etat : le syndicat veut être associé

D’autre part, interrogé sur la reconduction de la convention d’investissement liant ArcelorMittal et l’Etat algérien, le syndicaliste souligne que le dossier fera l’objet de pourparlers entre les deux parties signataires au cours des semaines à venir. La reconduction de la convention de partenariat entre Arcelor-Mittal et l’Etat algérien sera déterminée à base du plan d’investissement de l’entreprise. La Convention expire au mois d’octobre prochain. Kouadria a indiqué que le syndicat a introduit une demande au niveau du ministre de l’Industrie pour prendre part aux pourparlers. « Nous avons fait une demande au ministère de tutelle et à la centrale syndicale pour nous associer à ces pourparlers car nous avons des propositions à soumettre ». Les propositions du syndicat, explique son SG, visent à créer davantage d’emplois et à favoriser la formation et le transfert technologique. Pour rappel, le plan d’investissement d’ArcelorMittal Annaba a été débattu le 11 mai à Alger, lors d’une rencontre entre le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, M.Mohamed Benmeradi, et une délégation du syndicat. Le plan en question prévoit des investissements directs de l’ordre de 500 millions d’euros. Le plan prévoit la rénovation de la cokerie et la réfection du haut fourneau n°2 qui auront pour effet l’augmentation des capacités de production de la filière fonte de 1,4 million de tonnes par an. Il est prévu, en outre, l’implantation d’une unité de réduction directe (DRI) qui permettra de porter la production annuelle d’acier à 2,4 millions de tonnes.