Praticiens spécialistes : Le syndicat dénonce des pressions

Praticiens spécialistes : Le syndicat dénonce des pressions

par S. E. K., Le Quotidien d’Oran, 13 août 2012

Le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) dénonce les «pressions» qu’il ne cesse de subir de la part de la tutelle. Son président Mohamed Yousfi, qui tenait une réunion avec l’autre membre de ce syndicat, nous a indiqué, dans un entretien téléphonique, que le SNPSSP continue de faire l’objet de pressions. Dr Yousfi soutient que la ponction sur les rappels concernant des primes revendiquées par ce syndicat, sont la preuve évidente que la tutelle «veut exercer des pressions à notre encontre».

Le ministère de la Santé, qui a donné son accord pour le payement des primes et indemnités revendiquées par le personnel médical de la santé publique, «lésera les spécialistes de la santé en ce sens que l’accord du ministère prévoit une ponction sur les rappels». «Une mesure contraire à la loi et qui constitue une transgression de celle-ci, pourtant claire, régissant les relations de travail et les droits syndicaux», affirme Yousfi en colère. Il considère que cela relève plutôt de la réprimande et non d’une méconnaissance de la loi qui est claire sur le sujet et interdit toutes ponctions sur les rappels. Or, soutient Yousfi, les spécialiste de la santé ont fait l’objet d’une ponction concernant l’intégralité de leur rappel. Il explique que plusieurs solutions existent pour ne pas faire de mécontents. Il regrette l’attitude de la tutelle «qui ne veut toujours pas comprendre que les décisions, à sens unique, enveniment toujours les relations entre employeur et employés». Dr Yousfi est convaincu que ces pressions «sont la réponse à notre décision de se plaindre dans les derniers mois auprès du Bureau international du Travail (BIT) qui a fait part à nos autorités des ses préoccupations quant à l’exercice des libertés syndicales. Et la réponse ne sait pas faite attendre».

Le SNPSSP, à qui on reprochait de «ne pas renouveler les instances syndicales et ne pas tenir son congrès dans les délais, n’est toujours pas considéré comme partenaire de la tutelle, alors que nous avions tenu notre congrès les 18 et 19 mai derniers».