Le procès du séisme de Boumerdès reporté

Le procès du séisme de Boumerdès reporté

La défense exige la présence de deux ministres

par K. R., Le Quotidien d’Oran, 27 juin 2007

Le président du tribunal criminel près la cour de Boumerdès a prononcé hier le report, au mardi 10 juillet prochain, du procès du séisme de Boumerdès, suite à la demande des avocats de la défense.

M. Hadj Rédouane a prononcé le report de l’audience pour permettre aux avocats de la défense de mieux prendre connaissance du volumineux dossier de l’affaire du séisme, d’une part, mais aussi parce que ces derniers ont exigé, bien avant la tenue du procès, la présence de témoins importants à leur yeux, à l’image de l’ex-ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Mohamed Nadir Hmimid, d’autre part.

Par ailleurs, l’actuel premier responsable du département ministériel de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Nourredine Moussa, absent à l’audience d’hier matin, a été également réclamé par le collectif des avocats de la défense en sa qualité de membre de la commission ministérielle chargée du dossier du séisme de Boumerdès, et partie civile plaignante.

Le président du tribunal avait procédé à l’appel des 38 accusés, en majorité des architectes, des responsables de bureaux d’études, d’entrepreneurs et d’investisseurs qui étaient tous présents à la barre, à l’exception d’un seule personne.

Aux dires de certains avocats de la défense, le procès du séisme de Boumerdès n’est pas une affaire comme les autres, du fait de la complexité des accusations. L’instruction ouverte par le groupement de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Boumerdès, suite à une plainte déposée le 2 août 2003 par le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Mohamed Nadir Hmimid, a duré près de trois ans. Le séisme de 21 mai 2003 a causé la mort de 1.391 personnes et des blessures à 3.444 autres, outre la destruction de quelque 9.467 habitations et des dégâts à des degrés divers au niveau de 82.581 autres. Il a également endommagé 900 équipements et structures publics, au moment où les dégâts matériels ont été estimés à près de 5 milliards de dollars, rappelle-t-on.