Congrès du FIS : Djeddi et Guemazi se démarquent

Mourad Dhina accusé d’avoir détourné le congrès du FIS

Djeddi et Guemazi se démarquent

Ali Djeddi et Kamel Guemazi, membres du majliss echoura (conseil consultatif) du Front islamique du salut (FIS) parti dissous depuis 1992, ont accusé Mourad Dhina d’avoir détourné le 3e congrès du FIS à Bruxelles de ses véritables objectifs, annonçant qu’ils se démarquent des décisions prises au nom du FIS par «une cellule secrète».

Par Aït-Chaâlal Mouloud, Le Jeune Indépendant, 8 août 2002

Dans un communiqué transmis à notre rédaction, Djeddi et Guemazi affirment qu’ils dégagent «leur responsabilité quant aux décisions prises par cette structure secrète inconnue qui s’est autoproclamée à la tête du congrès quelles que soient sa durée et ses motivations» .

«Cette rencontre présidée par Mourad Dhina, qui a regroupé une minorité d’individus, ne peut être considérée comme un congrès et ne mérite pas d’être baptisée du nom du martyr Abdelkader Hachani » ont-ils indiqué, précisant qu’elle «n ’a pas été organisée par la commission préparatoire créée, à cet effet, par le martyr Hachani».

Cette rencontre a été d’ailleurs boycottée par la plupart de ses membres lorsqu’ils se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient dissuader le frère Dhina et ses partisans de leur projet», poursuit le communiqué.

Ce congrès s’est soldé par la dissolution des trois instances représentant le FIS à l’étranger, à savoir la délégation parlementaire d’Anwar Haddam, l’instance exécutive de Rabah Kébir et le conseil de coordination d’Ahmed Zaoui et la création d’une instance unifiée d’ici septembre. Kébir avait refusé de participer à ce congrès.

«Les mesures prises par ce groupuscule, dont on ignore l’identité de sa composante, n’engagent que leurs initiateurs qui ne sont ni habilités ni délégués à parler au non du parti même s’ils ont motivé leurs initiatives par une lettre du cheikh Abassi Madani et en s’entourant de tous ses fils», soulignent les deux chouyoukh du FIS. Dès lors, ils conseillent aux «frères de l’étranger, qui ont brisé leur alliance et suscité une discorde, de se rétracter et réaffirmer leur fidélité au parti » qualifiant le congrès comme «une déception après 30 mois d’attente» «Nous réitérons à nos frères à l’étranger l’appel que leur a adressé le martyr Hachani, celui du renouveau et de la fidélité au serment et des principes qui ont fondé le mouvement», ont-ils conclu. La réaction de Djeddi et Guemazi intervient après celle d’Abdelkader Boukhamkhem qui a accusé les organisateurs du congrès de s’être servis du congrès pour régler des comptes avec quelques dirigeants du FIS, notamment Rabah Kébir. A.-C. M.