Hocine Ait-Ahmed. Appel urgent

APPEL URGENT

Aux Responsables politiques et militaires Algériens
Au Secrétaire Général des Nations Unies, Mr Kofi ANNAN
Au Président de l’Union Européenne, Mme Lene ESPERSEN

Depuis l’annonce de la participation du Front des forces socialistes aux élections communales du 10 octobre, les actes de violence se multiplient à l’encontre du parti et de ses militants.
Fidèle à sa démarche politique citoyenne et pacifique, le FFS n’a cessé d’alerter les autorités et les autres formations politiques sur les graves risques de dérapage en Kabylie.

La population a jusqu’ici répondu favorablement aux appels au calme du FFS et a fait barrage aux pyromanes qui veulent ensanglanter la région. Mais le pire est à craindre devant la multiplication des provocations et la montée en puissance de discours et de méthodes fascisantes des partisans du boycott .
Les élections se tiennent dans un climat de guerre civile que le pouvoir entretient non seulement à travers des milices politiques, mais aussi par des groupes aux méthodes fascistes. Cette stratégie de la tension est planifiée par les tenants d’un processus de tchétchénisation de la Kabylie.

Le FFS dénonce la mise en marche d’une machination policière pour détruire, à travers le parti, une des rares institutions démocratiques en Algérie.
La Kabylie partie intégrante de la nation ne saurait être sacrifiée aux visées aventuristes des adversaires des libertés démocratiques en Algérie.
Une fois de plus, le FFS qui assumera jusqu’au bout ses responsabilités politiques en faisant prévaloir la démarche citoyenne pacifique sur les logiques meurtrières de vendetta, alerte l’opinion nationale et internationale pour prévenir l’irréparable.

Nous vous demandons de prévenir les autorités, les commandements militaires et policiers contre toute utilisation des armes – par leurs troupes ou par les milices qu’ils ont armés – contre les citoyens.
Aujourd’hui, avant qu’il ne soit trop tard, la dénonciation claire des méthodes fascisantes s’impose. Les partisans de l’aventurisme sanglant doivent savoir que la violence est inacceptable et que seul le libre débat garantit le libre choix des citoyens. La population doit être assurée de votre soutien et de votre solidarité pour éviter un bain de sang.

Il est temps que soit mis fin à la politique de non-assistance à peuple en danger qui dure depuis une décennie car l’impunité ne fait qu’encourager la spirale meurtrière et risque de plonger l’Algérie dans le chaos.

Le 6 octobre 2002

Hocine AIT- AHMED