Important dispositif contre les marcheurs d’Alger

Alors que les coordinations du mouvement donnent des recommandations pour éviter tout dérapage

Important dispositif contre les marcheurs d’Alger

Par Rabah Iguer et Correspondants, La Tribune, 8 août 2001

Les routes nationales 12 et 26 reliant Béjaïa à Alger sont soumises depuis hier à un contrôle rigoureux des services de sécurité. Dans certains endroits, ce contrôle existe depuis une semaine déjà : des barrages de l’ANP ont été installés sur les deux axes. Le premier est situé à hauteur de la commune d’Adekar, au lieu-dit Aghoulad, sur l’axe Béjaïa-Tizi Ouzou, le second est perceptible dans l’axe Akbou-Tazmalt. Les éléments de l’ANP fouillent et filtrent tous les véhicules qui empruntaient ces axes hier. Un barrage a été installé près d’El Kseur, entre Béjaïa (250 killomètres à l’est d’Alger) et Bouira (120 kilomètres à l’est), un autre près d’Aomar, entre cette ville et Lakhdaria (70 kilomètres à l’est d’Alger), selon des membres du mouvement citoyen qui ont pu rejoindre Alger hier après-midi.Un dispositif encore plus important était visible hier dans la grande périphérie d’Alger. A Thenia, située à une cinquantaine de kilomètres d’Alger, véritable porte d’entrée vers Alger, un grand nombre de gendarmes a pris place. Des membres de la coordination interwilayas ont, par ailleurs, fait état de l’installation d’un grand campement de gendarmerie à Naciria, entre Tizi Ouzou et Thenia. L’objectif de ces unités de gendarmerie est d’empêcher les manifestants de Béjaïa, Bouira, et Tizi Ouzou de se rendre à Alger, où est prévue une marche de protestation qui doit commencer à partir du stade olympique du 5 Juillet, où doit avoir lieu la cérémonie d’ouverture du festival. Une marche est programmée du stade du 5 Juillet vers la présidence de la République pour remettre une plate-forme de revendications au président Abdelaziz Bouteflika. Dans le souci d’éviter tout affrontement, les organisateurs ont donné des recommandations, au nombre de neuf, aux manifestants : respecter les consignes des organisateurs, ceux uniquement porteurs de badges. Il leur est notamment recommandé de ne porter sur eux aucun objet pouvant être assimilé à une arme, de ne pas répondre aux provocations, les marcheurs sont priés de ne scander que les slogans propres au mouvement, ils sont priés de ne pas quitter leurs carrés respectifs, ils sont priés de rejoindre immédiatement après la marche les moyens de transports réquisitionnés par les différentes coordinations. En cas d’empêchement, les manifestants doivent «organiser des sit-in sur place» et attendre les instructions des responsables, selon un membre de la coordination.

R. I./Correspondants

Retour