Bilan des préparatifs de l’année de l’Algérie

L’Année de l’Algérie en France

Aujourd’hui à Paris, le bilan des préparatifs

Par Merzak Meneceur, La Tribune, 6 novembre 2002

Presque vingt-neuf mois après la décision politique prise par les présidents Chirac et Bouteflika, l’Année de l’Algérie en France en 2003 connaîtra aujourd’hui à Paris le moment le plus solennel et le plus officiel de sa longue préparation. Celui de la présentation publique du bilan du travail accompli par les organisateurs, algériens et français, que matérialisera le programme culturel et artistique qui sera dévoilé lors d’une conférence de presse prévue à 16h30 au Centre de conférences internationales de Paris.Cette conférence de presse s’annonce comme un grand événement car la présentation du programme de l’Année algérienne en France sera forcément un moment fort, d’autant plus qu’il sera synonyme du lancement de l’importante et indispensable opération de médiatisation d’une manifestation qui n’aura droit ni à un échec ni même à un résultat mitigé. Les responsables politiques des deux pays semblent avoir pris conscience de cette dimension au regard de la prise en main de la conférence de presse par le ministère des Affaires étrangères. Ce sont en premier lieu MM. Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères, et Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication, qui invitent pour cet après-midi pas moins de cinq cents personnes (journalistes, artistes, partenaires, personnalités politiques, stars des médias et du cinéma, etc.). Il y a assurément la volonté de marquer l’intérêt que portent les autorités françaises à l’Année de l’Algérie et un désir de réaliser un coup médiatique. L’événement sera rehaussé par la présence de leurs homologues algériens, M. Abdelaziz Belkhadem et Mme Khalida Toumi. A ajouter du côté algérien la présence de M. Mohamed Raouraoua, commissaire général de l’Année pour l’Algérie, et de M. Mohamed Ghoualmi, ambassadeur d’Algérie en France, et du côté du pays hôte, le président de l’Association française d’action artistique, M. Robert Lion, M. Hervé Bourges, président de l’Année de l’Algérie, et Mme Françoise Allaire, commissaire générale de l’Année pour la France.A la veille de cette conférence, le comité mixte d’organisation de l’Année de l’Algérie a tenu à Paris une ultime réunion pour faire l’évaluation de la situation, c’est-à-dire apprécier l’état d’avancement du programme qui sera dévoilé cet après-midi. De cette séance de travail tenue sous la présidence de MM. Bourges et Raouraoua, il semble que 625 projets culturels et artistiques ont été finalisés et que 202 autres sont à l’étude. Mais la labélisation des projets demeurant ouverte, les organisateurs comptent atteindre au cours des prochains mois le nombre de 2 000 projets. A l’heure actuelle, plus de 1 827 manifestations sont prévues dans plus d’une centaine de villes françaises, avec l’inauguration de l’Année le 31 décembre prochain par une grande soirée au Palais omnisports de Paris-Bercy.Le programme de l’Année de l’Algérie en France est scindé en huit thèmes : arts et cultures de l’Algérie, théâtre, danse, musique, arts plastiques, littérature, rencontres-colloques, cinéma. Les grandes manifestations marquant chacun de ces thèmes ont déjà été rendues publiques. Elles deviendront officielles cet après-midi.

M. M.

Lire aussi: Pour un boycott de « l’année de l’Algérie » (K. Satour, nov. 02)