17 octobre 1961: Ratonnade à Paris et les harkis à Paris

Paulette Péju
Ratonnades à Paris

précédé de
Les harkis à Paris

Préface de Pierre Vidal-Naquet
Introduction de Marcel Péju
Postface de François Maspero

________________________

Prix : 59 F
Nombre de pages : 208
+ cahier photo
« Poches/Essais » n° 100
CLIL : 2111-10
ISBN : 2-7071-3329-9
Rayon : Histoire
Nouveauté

_______________________________

Le livre

Publié par les Éditions François Maspero en 1961, quelques semaines après la nuit sanglante du 17 au 18 octobre 1961, Ratonnades à Paris, tout comme Les harkis à Paris, ouvrage publié quelques mois plus tôt, fut saisi chez l’imprimeur par la Police judiciaire sur arrêté du ministre de l’Intérieur, Roger Frey, en vertu des pouvoirs spéciaux votés au gouvernement. Cette mesure de police ne fut suivie d’aucune inculpation. Il n’y eut donc ni instruction, ni procès. Seules quelques centaines d’exemplaires de Ratonnades à Paris purent échapper à la saisie et être distribués.

Ces enquêtes journalistiques, menées dans l’urgence, témoignent de la violence incroyable de la répression exercée à l’époque contre la communauté maghrébine à Paris, et que le pouvoir en place cherchait à occulter : les tortures et les exactions quotidiennes perpétrées par les forces de police supplétives (les harkis) du préfet Maurice Papon, le massacre de dizaines de participants à la manifestation pacifique convoquée par le FLN le 17 octobre 1961 et interdite par la police. À ce jour, le nombre officiel de victimes est toujours très fortement sous-estimé, comme l’a montré le procès Papon.

Depuis le début des années quatre-vingt-dix, l’exigence d’une reconnaissance historique des événements de cette année 1961 se fait plus forte. En 1999, une association ouvrant dans le sens de cette reconnaissance officielle a été créée.

A un an du quarantième anniversaire du 17 octobre 1961, la réédition de ces textes – qui restaient introuvables depuis leur parution – constitue un événement. Ce livre réunissant les deux titres de Paulette Péju porte le numéro 100 de la collection « La Découverte/Poche », créée en 1996.

L’auteur

Paulette Péju était journaliste à Libération, journal proche du Parti communiste. Elle est décédée en 1979.

Marcel Péju, son mari, est aujourd’hui journaliste à Jeune Afrique.

_____________________________________________

  • Phrase clé : la réédition de ces textes, introuvables depuis 1961, et trente-neuf ans après les événements, sera le numéro 100 de la collection « La Découverte/Poche ».
  • Publics visés : Tout publics.

 

 

Retour (Guerre de Libération)