Communiqué du FIS (Instance Exécutive) au sujet de la dissolution de l’AIS

Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux

FRONT ISLAMIQUE DU SALUT
Instance exécutive à l’étranger

Communiqué

Allah dit dans le Coran :
En revanche, s’ils penchent pour la paix, penches-y toi même, sans cesser de faire confiance à Dieu, qui est l’Entendant, le Connaissant. S’ils voulaient te duper, qu’il te suffit de Dieu.

Après la dernière crise qui a failli emporter l’accord conclu entre l’Armée islamique du salut et l’Armée nationale populaire qui a conduit à l’annonce de la trêve en 1997, les sincères des deux côtés se sont employés avec sérieux et dévouement à circonscrire et dépasser la crise à travers d’âpres et sérieuses négociations marathoniennes au cours desquelles les deux parties se sont échangées les concessions pour servir les intérêts de la religion, du peuple et de la patrie. Ceci a permis de remettre les choses en ordre et faire manquer l’occasion aux ennemis de l’Algérie qui étaient à l’affût, à l’intérieur et l’extérieur, prêts à faire don de ce qu’ils possèdent pour raviver l’affrontement et la confrontation qui servent leurs intérêts maléfiques et leurs désirs pernicieux.

Réagissant favorablement aux revendications de l’Armée islamique du salut, le Président Abdelaziz Bouteflika a pris l’initiative courageuse et méritoire de décréter l’amnistie complète et totale, l’abandon de toute poursuite et le rétablissement de tous leurs droits civiques et politiques en faveur de tous les membres de l’Armée islamique du salut.

Répondant à cette heureuse initiative, que nous estimons à sa bonne valeur et considérons comme un pas significatif sur la voie de la réconciliation nationale et globale, l’Armée islamique du salut a, conformément à l’accord conclu, procédé, dans un acte historique et courageux, à la dissolution de son organisation ouvrant ainsi la voie à la poursuite de la réconciliation nationale jusqu’à sa fin heureuse ôtant tous les prétextes à ceux qui veulent marginaliser le Front islamique du salut et maintenir ses chouyoukh en détention sur la base qu’ils disposent d’une aile armée.

De ce fait, l’Armée islamique du salut et ses moudjahidine sincères aux principes de la religion et de la patrie ont rempli leur mission en faisant preuve de sacrifice et d’abnégation, en tenant fermes face à toutes les offenses et en donnant le bon exemple à suivre pour servir les intérêts suprêmes de la nation et faire échouer les tentatives de ses ennemis et de ceux qui se réjouissent de ses malheurs.

Participant à l’accélération du processus de réconciliation nationale et à la résolution de la crise par la voie politique globale suceptible de faire sortir le pays de sa crise et d’ouvrir la voie à tous pour contribuer efficacement à panser les blessures et construire le pays dans un climat de paix, de sécurité et de respect mutuel, l’Instance exécutive du FIS à l’étranger demande au Président de la République de :

  1. libérer les chouyoukh Abassi Madani et Ali Benhadj et tous les prisonniers,
  2. Accélérer le règlement des séquelles de la crise conformément à l’accord conclu entre l’Armée islamique du salut et l’Armée nationale populaire qui consistent essentiellement à libérer les prisonniers, à indemniser les victimes et les sinistrés, à résoudre le problème des travailleurs révoqués et à faire la lumière sur les disparus.
  3. Elargir l’effet de l’amnistie à tous, excluant ceux qui refusent et choisissent de continuer l’action armée.
  4. Traiter le volet politique de la crise qui constitue son origine par l’ouverture de l’espace politique à tous y compris, bien sûr, les larges couches représentées par le FIS.
  5. Etablir un planning étudié et précis de levée de l’état d’urgence et de toutes les pressions exercées sur l’activité politique, de bienfaisance et de prédication afin de promouvoir, au profit de la nation, des institutions fortes à même de faire face aux défis de la mondialisation qui nous est imposée.

L’Instance exécutive du FIS à l’étranger entend maintenir son action sérieuse et vigoureuse prodiguant tout ce qu’elle a d’effort politique et médiatique jusqu’à la réalisation des demandes justes et légitimes citées plus haut pour servir les intérêts vitaux du peuple Algérien valeureux.

Europe, le 07 chaoual 1420
13 janvier 2000
Le Président de l’Instance exécutive à l’étranger
Rabah KEBIR