Familles victimes du terrorisme: en attendant le statut

FAMILLES VICTIMES DU TERRORISME

En attendant le statut

El Watan, 28 décembre 2002

L’avant-projet de loi sur le statut des victimes du terrorisme sera prêt dans un an. Nous allons le préparer avec nos juristes et le présenter ensuite aux autorités», a déclaré hier Rabha Tounsi, secrétaire nationale de l’Organisation nationale des familles victimes du terrorisme et ayants droit lors du congrès extraordinaire de l’ONFVTAD à l’hôtel Essafir d’Alger.

«Mais je doute que l’Etat puisse plancher sur ce statut alors que la liste des victimes du terrorisme reste ouverte», a-t-elle ajouté. Selon elle, le grand problème dans la gestion de ce dossier est le «commerce autour des fausses victimes». Elle a donné l’exemple de Larbaâ, dans la banlieue est de la capitale, où «une femme a vendu 500 fausses cartes d’adhérents à l’ONFVTAD à 200 DA la pièce». Mme Tounsi, qui a porté plainte pour faux et usage de faux, sera entendue demain par un juge d’instruction. «Brahim Soltane, qui adresse à la presse des communiqués en notre nom, est une fausse victime. J’ai entamé des poursuites judiciaires contre lui», a indiqué Tounsi, également députée FLN. Son organisation a demandé aux pouvoirs publics d’ouvrir des enquêtes au cas par cas. Une partie des membres de la direction de l’organisation avaient exprimé leur doute sur «les agissements» de Rabha Tounsi. A l’occasion de la rencontre d’hier, «organisée en toute hâte», selon la secrétaire nationale, les délégués et représentants de 33 wilayas lui ont bruyamment renouvelé leur confiance, standing-ovation à l’appui. «On ne peut être contre une fille de chahid», a lancé l’un des présents. L’argument ne va pas plus loin. Mme Tounsi a démenti être sous contrôle judiciaire suite à une altercation avec un policier à l’ouest du pays. «C’est un scénario monté de toutes pièces», a-t-elle soutenu. «Des personnes ont bâti des fortunes avec le terrorisme. C’est pour cela que la concorde civile n’a réussi qu’à 70 %», a-t-elle poursuivi en déclarant soutenir le programme du président Bouteflika. Le portrait de l’artisan de la loi sur la concorde civile trônait haut sur les «congressistes». Rabha Tounsi a qualifié les ONG internationales de défense des droits de l’homme «d’espions» et a rendu hommage à l’ANP, aux autres forces de sécurité et à la presse. Lors du congrès d’hier, des amendements ont été apportés au statut de l’organisation. «Car nous avons pris de l’ampleur», a expliqué Tounis. L’ONFVTAD rassemble, selon elle, 40 000 adhérents sur l’ensemble du territoire.

Par Adlène Meddi