Algérie: le témoignage d’Hélène Flautre.

Algérie: le témoignage d’Hélène Flautre

Lundi 28 mai, pour protester contre le vote de l’amendement au code pénal visant à restreindre la liberté de la presse, la totalité des titres de la presse indépendante algérienne (El Watan, la Tribune, le Quotidien d’Oran, le Jeune Indépendant, Le Matin, Liberté, Le Soir, El Youm, la Voix de l’Oranie…) ont décidé d’unir leur protestations en organisant une journée de grève des titres ainsi que des manifestations qui auront lieu simultanément à Alger, Oran, Constantine, Annaba, Tizi Ouzou, Béjaia, Sétif…

A cette occasion, Hélène Flautre, Députée européenne (les Verts), vice présidente de la délégation Maghreb du Parlement européen, vous propose de vous rendre compte des 5 jours de visite qu ‘elle vient d’accomplir, avec une délégation du Parlement européen, en Algérie.

Le programme officiel lui a permis, notamment, de rencontrer plusieurs délégations de parlementaires, de la majorité comme de l’opposition, le Chef du gouvernement, M. Benflis, le Ministre de la Justice à l’initiative de la réforme du code pénal, M.Ouyahia, avec lesquels ont été abordés tous les sujets d’actualité : des menaces sur la presse au bilan de la concorde civile ainsi bien entendu que l’analyse de la situation en Kabylie. Au programme également, un entretien avec M Issaad, Président de la commission d’enquête sur les évènements de Kabylie, mise en place par Abdelaziz Bouteflika, une délégation de la commission parlementaire d’enquête, ainsi que des associations et représentants de la société civile ; ligues des droits de l’homme, associations de femmes, de familles de disparus.

Un déjeuner organisé à l’initiative de la délégation européenne a permis de d’évaluer la situation avec les directeurs des principaux journaux.

Hors programme officiel, Hélène Flautre a rendu visite à Maître Khellili qui défend sans relâche depuis de nombreuses années, des familles de victimes d’arrestations illégales et de disparitions et s’est rendue, dimanche midi, à Alger, au rassemblement organisé avec courage, depuis 4 ans, par les mères de disparus.

Puis, mardi 22, elle s’est rendue à Tizi Ouzou où elle a été accueillie à la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen par Maître Zehouane et les responsables de la ligue des droits de l’homme qui lui ont remis une liste de 49 personnes tuées dans les willayas de Tizi, Béjaia, Bouira et Sétif mais aussi celle des 426 blessés, en majorité par balles, de la willaya de Tizi.
Elle a rencontré, durant 3 heures, les proches et les témoins des exactions et des assassinats principalement commis par la gendarmerie en Kabylie: parmi eux, au fil des récits bouleversants et d’une grande dignité, le père de Massinissa Guermah, assassiné de 2 balles à l’intérieur de la gendarmerie de Béni Douala, le 18 avril, le mari de Mme Ait Abba, 33 ans, institutrice d’Aïn El Hamman, assassinée le 28 avril alors qu’elle se trouvait chez elle, à son balcon.
Le frère de Kemal Irchène -qui a écrit Liberté sur les murs d’Azaga, avec son sang, avant de mourir- et à qui un juge vient de demander des preuves que la gendarmerie avait tué son frère. Et aussi Belaïd, 31 ans, amputé d’une jambe, Hamza 31 ans, à qui il n’a pas encore été possible de retirer deux balles dans le dos, le père d’Azedine, de Larba N.I, 25 ans, les amis d’Areski, 31 ans et Mouloud, 32 ans,  » achevés au pistolet automatique par le chef de la brigade de Larba NI  » le 28 avril, Salah 22 ans, Samir 23 ans, Brahim 17 ans, blessés par balle et aussi Mohamed, 26 ans, humilié, torturé en public par les gendarmes…
Les récits et les analyses des victimes, des dizaines de témoins présents, comme ceux des élus de l’APC (commune) ou des représentants de la coordination des Aarchs (comités de villages) concordent et mettent en question les versions officielles.

Vous êtes invité-e à poser toutes les questions que vous inspirent ce résumé lors de la Conférence de presse qui aura lieu lundi 28 mai, 11h, à Paris, bureaux du Parlement européen, 288, bd St Germain

Contact : Claude Taleb, assistant parlementaire. 06.86.83.37.68

 

 

algeria-watch en francais