RSF : Le correspondant d’El Watan à Tébessa agressé et séquestré

RSF
Reporters sans Frontières

23 juillet 2002

Le correspondant d’El Watan à Tébessa agressé et séquestré

Le 20 juillet, Abdelhaï Beliardouh, journaliste d’El Watan, a été agressé, humilié et séquestré, à Tébessa (nord-est du pays), par un notable local. « Reporters sans frontières s’alarme de cette agression. Si cette personne se sentait diffamée, pourquoi n’a-t-elle pas porté plainte devant la justice comme n’importe quel citoyen ? C’est un grave dérapage, symptomatique d’un Etat de non-droit », a commenté Robert Ménard, secrétaire général de l’organisation. « Alors qu’au lendemain de cette agression, le Premier ministre algérien, Ali Benflis, a déclaré, dans son discours de politique générale que « la liberté de la presse est à la base de la démocratie », nous demandons aux autorités algériennes de faire en sorte que l’impunité ne soit pas la règle dans cette affaire », a-t-il ajouté.

Le 20 juillet 2002, en fin d’après-midi, Saâd Garboussi, président de la Chambre de commerce et d’industrie des Nememchas (wilayas de Tébessa et de Souk Ahras), s’est présenté, avec trois fonctionnaires de la Chambre de commerce, dont un armé, au domicile d’Abdelhaï Beliardouh, correspondant d’El Watan à Tébessa. Le journaliste a été roué de coups devant sa famille avant d’être traîné, par le col de sa chemise, dans les rues de la ville et ce, jusqu’à la place publique du 1er Novembre. Il a alors été de nouveau violenté et insulté publiquement. Selon le communiqué d’El Watan du 21 juillet, ni la police ni la gendarmerie ne sont intervenues pour porter secours au journaliste. Il a ensuite été conduit, en voiture, dans la cave de la villa de Saâd Garboussi où il a été interrogé sur la source d’une information, parue le jour même, dans le quotidien francophone.

Cette agression fait, en effet, suite à la parution, dans l’édition du
20 juillet d’El Watan, d’un article intitulé « Arrestation du président de la Chambre ». Abdelhaï Beliardouh écrivait notamment que Saâd Garboussi « aurait été cité par un repenti comme étant un pourvoyeur de fonds pour le terrorisme » et « participé au blanchiment des fonds du GIA, fruits du crime et du racket qui ont endeuillé les régions de Médéa et de Jijel ». Peu avant cette agression, Saâd Garboussi avait appelé Fayçal Métaoui, rédacteur en chef par intérim du quotidien, pour lui demander d’inclure, dans l’édition du lendemain, sa mise au point. Quand Fayçal Métaoui lui a expliqué que cela ne serait pas possible avant l’édition du lundi, le président de la Chambre de commerce et d’industrie a lancé : « Vous allez voir, je vais lui en faire voir de toutes les couleurs. »

Le 21 juillet, la rédaction d’El Watan a déposé plainte auprès du procureur de la République de Tebessa pour « séquestration et intimidation ». Par ailleurs, elle a saisi les autorités locales sur la nécessité de veiller à la sécurité de Abdelhaï Beliardouh, sommé par ses agresseurs de ne pas récidiver au risque de perdre sa vie, et celle de sa famille.

Le 22 juillet, dans une interview accordée au quotidien Le Matin, Abdelhaï Beliardouh a déclaré que l’agression qu’il avait subie était « du banditisme, pis, du terrorisme ». De son côté, le président de la Chambre de commerce a, dans un communiqué adressé à la rédaction d’El Watan, démenti l’agression. Il a ajouté avoir déposé une « plainte contre les parties ».


Virginie Locussol (moyen-orient@rsf.org / middle-east@rsf.org)
Bureau Maghreb et Moyen-orient / North Africa and Middle-East desk

Reporters sans frontières / Reporters Without Borders
5, rue Geoffroy-Marie
75009 Paris – FRANCE
Tél. (33) 1 44 83 84 84
Fax. (33) 1 45 23 11 51