Des charters pour 300 000 immigrés

UNION EUROPEENNE

Rapatriement des clandestins algériens

Des charters pour 300 000 immigrés

Toufik Sahli, L’Actualité, 30 novembre 2002

L’Union européenne a décidé d’entamer les discussions avec l’Algérie pour arriver à un terrain d’entente concernant les modalités de rapatriement des immigrés clandestins.

Cette décision a été prise lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur des Quinze à Bruxelles. Les ministres ont mandaté la Commission européenne pour mener à bien les négociations avec la Chine, la Turquie, l’Albanie et l’Algérie.

Si cet accord venait à être conclu, plus de 300 000 Algériens, en situation irrégulière, seront concernés par leur rapatriement vers l’Algérie.

Plus de 1 040 immigrés clandestins algériens ont été expulsés par le gouvernement canadien en avril dernier. La plupart de ces immigrés sont des demandeurs d’asile, auxquels le gouvernement d’Ottawa n’a pas accordé le statut d’immigrant. D’autres cas semblables ont été également enregistrés en Espagne, où pas moins de 100 immigrés ont été reconduits à la frontière.

Cependant, poussés par la situation économique du pays et la paupérisation qui touchent de plein fouet la société algérienne, plus de 30 000 demandeurs d’asile ont été recensés uniquement en France, alors que ceux qui rêvent de jours meilleurs sont estimés à plusieurs millions.

Il faut souligner que les chefs d’Etat et de gouvernements des 15 pays de l’Union européenne, réunis à Séville au mois de juin dernier, ont décidé de réduire les aides au développement destinées aux pays les plus démunis ainsi que le renforcement des patrouilles frontalières, une coopération plus étroite en matière de visa et le renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine.

Ce mouvement qui tranche quelque peu avec l’attitude plutôt complaisante des autorités européennes et nord-américaines avec les demandeurs d’asile est, selon les observateurs, une conséquence des attentats du 11 septembre qui ont secoué Washington et New York. L’autre donne qui a enclenché cette chasse aux sorcières est l’arrivée des partis de droite au pouvoir dans la majeure partie des pays de l’UE.

Sachant que ces partis ont une vision beaucoup moins humaniste de l’immigration, la lutte contre ce phénomène en Europe semble prendre une nouvelle dimension.

Toutefois, il convient de s’interroger sur l’attitude qui sera adoptée par notre pays vis-à-vis de cette décision de l’UE.

Il faut souligner, enfin, que les négociations ont déjà commencé pour le rapatriement des immigrés clandestins estimés à 3 millions. Cela concerne le Maroc, la Russie, le Pakistan, le Sri Lanka, Macao et l’Ukraine.

http://www.lactualite-dz.com