Comité international pour la Paix, les Droits de l’Homme et la Démocratie en Algérie (CIPA)

Comité international pour la Paix, les Droits de l’homme et la démocratie en Algérie (C I P A)

Plateforme

La situation en Algérie ne cesse de se dégrader. Depuis l’arrêt des élections de décembre 1991 et le coup d’Etat militaire du 11 janvier 1992, chaque jour amène son lot de malheur à une population meurtrie et désemparée. Le chiffre de 100.000 morts, avancé depuis 1996, est sans doute malheureusement dépassé.

Les élections présidentielles et législatives qui se sont déroulées en 1995 et 1997 ont été organisées pendant l’Etat d’urgence, au milieu du déchaînement du terrorisme islamiste ou autre et de la violence d’Etat, en l’absence des libertés démocratiques et sous haute surveillance policière. Au demeurant même les rapports de certains observateurs internationaux ont signalé les graves défaillances qui les ont marquées.

L’échec de cette politique montre bien que l’instauration d’un climat de paix est indispensable à l’organisation d’élections libres et ouvertes, susceptibles de dégager une représentation nationale crédible et de rétablir la confiance au sein de la population.

Malheureusement des violations graves et répétées des droits de l’homme sont signalées par les organisations humanitaires algériennes et internationales, ainsi que par les observateurs et les journalistes. Elles sont le fait des forces de sécurité et des unités auxiliaires, ainsi que des groupes armés islamistes et parfois des groupes incontrôlés s’apparentant au banditisme.

L’état miné par des dissensions internes est incapable de conduire des politiques économiques et sociales de nature à établir l’espoir et la justice sociale. Il est de plus en plus impuissant à assurer la sécurité des populations livrées à elles mêmes, laissant se perpétrer des massacres collectifs horribles de villageois.

Cet échec des politiques autoritaires qui privilégient la violence et la répression, les dégâts que ces politiques provoquent au sein de la société algérienne et les conséquences négatives sur les pays voisins démontrent la nécessité et l’urgence d’une recherche de solution(s) politique(s) globales par la voie pacifique et démocratique.

La communauté internationale doit réagir car elle ne peut ni ne doit assister en spectateur au martyr d’un peuple. Elle se doit de témoigner sa solidarité par tous les moyens politiques, diplomatiques, humanitaires et médiatiques qu’elle peut mettre en oeuvre.

Le déchaînement de la violence ne doit pas faire oublier que seule une solution politique élaborée par le dialogue et la négociation entre toutes les forces politiques et sociales représentatives est de nature à sortir durablement l’Algérie du drame qu’elle vit depuis plusieurs années.

C’est pourquoi il est important de constituer un Comité International pour contribuer à la réflexion et à l’action et amener les différents protagonistes à rejeter la violence, les diktats, et les méthodes autoritaires, à respecter les droits de l’homme pour tous, à appliquer les libertés démocratiques dans l’action politique et à recourir à la tolérance, au dialogue, et à la négociation pour dégager une solution politique.

Le Comité International pour la Paix, les Droits de l’homme et la démocratie en Algérie (CIPA) se propose donc de réfléchir et d’agir en vue de promouvoir une solution politique démocratique et globale par le dialogue et la négociation sur la base du respect des droits de l’homme tels qu’ils sont énoncés par la Déclaration Universelle des droits de l’homme, les pactes internationaux des Nations Unies de 1966 et les autres conventions internationales pertinentes.

A cette fin le CIPA déploiera tous les efforts pour rechercher, analyser et diffuser les informations nécessaires à la connaissance de la situation politique, économique et sociale en Algérie. Le CIPA se propose d’effectuer et d’encourager les études et les analyses de la situation en Algérie, de les publier ou de les porter à la connaissance des personnes et des organisations intéressées chaque fois qu’il le juge utile. Il organisera des pétitions, des réunions et des manifestations, publiera ou suscitera des déclarations et lancera des appels en vue de réaliser ses objectifs.

Pour promouvoir une solution politique, démocratique et globale, le CIPA agira auprès de toutes celles et de tous ceux qui souhaitent apporter une contribution à la paix et au respect des droits de l’homme et des libertés démocratiques en Algérie. Il agira notamment en direction des autorités et des organisations algériennes en vue de faire prévaloir le respect des droits de l’homme et leur dimension universelle et des pratiques démocratiques. Il agira également auprès des organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales pour susciter une coopération soucieuse de la nécessité d’assurer le respect des droits de l’homme et des libertés démocratiques.

En vue de réaliser ses missions le CIPA encourage dans les pays où cela est possible, et conformément à la législation du pays, la mise en place d’associations qui poursuivent les mêmes objectifs.

Le CIPA reçoit les contributions financières et les cotisations de ses membres ainsi que les dons de toute personne physique ou morale.

Le CIPA met en place dès que les moyens financiers et humains le permettent un secrétariat permanent et des groupes de travail.

Comité international pour la paix, la démocratie et les droits de l’homme en Algérie – CIPA, 26 rue Aristote, 31 Toulouse – e-mail : [email protected]