jeudi 25 novembre 1999,

jeudi 25 novembre 1999,
20h25

Belgrade affirme qu’un complot pour tuer
Milosevic a été déjoué

BELGRADE, 25 nov (AFP) – Belgrade a affirmé jeudi que cinq Serbes qui
projetaient d’assassiner le président yougoslave Slobodan Milosevic
avaient été arrêtés et a
accusé des membres des services de renseignement français d’avoir
organisé ce groupe.

Au cours d’une conférence de presse, le ministre yougoslave de
l’information, Goran Matic, a
affirmé que le chef du groupe était un Serbe ayant la double nationalité
yougoslave et française,
du nom de Jugoslav Petrusic.

Il a déclaré que Petrusic était « membre des services de renseignement
français, sous le
pseudonyme de ‘Balladin' » et qu’il agissait « sur instructions de Patrick
Fort, un haut
fonctionnaire de ces services ». Un autre de ses pseudonymes était
« Dominique », a-t-il dit.

M. Matic a aussi affirmé que Jugoslav Petrusic avait combattu au Zaïre
avec les forces du
maréchal Mobutu Sese Seko.

Pendant la guerre au Zaïre, un célèbre mercenaire serbe était connu sous
le nom de « Dominic
Yugo ».

C’est la première fois que les autorités yougoslaves accusent un service
de renseignement
étranger d’avoir travaillé à un projet d’assassinat du président
Milosevic.

Dans l’entourage du président français Jacques Chirac et du premier
ministre Lionel Jospin, qui
se trouvaient à Londres, on a indiqué que la présidence et le
gouvernement ne souhaitaient faire
« aucun commentaire ».

Selon M. Matic, le groupe, dont le nom de code était « Araignée », se
composait, en plus de
Petrusic, de Milorad Pelemis, Branko Vlaco, Rade Petrovic et Slobodan
Orasanin, quatre
Serbes de Republika Srpska, l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine.

Les cinq hommes ont été arrêtés « il y a entre sept et dix jours » après
avoir été découverts par la
police et les services secrets yougoslaves, a affirmé le ministre. « Tous
sont liés aux services de
renseignement français », a-t-il dit.

Selon M. Matic, le groupe « a participé à la planification d’un attentat
contre Slobodan
Milosevic selon quatre scénarios », un tireur d’élite, des explosifs dans
un égout, une voiture
piégée ou « une attaque contre sa résidence par dix hommes bien armés ».

Toujours selon le ministre de l’information, « Petrusic a reconnu qu’il
avait effectué de
nombreuses liquidations » et qu’il avait « participé à la liquidation de
50 personnes ».

Il a d’abord commis en 1994 « un massacre en Algérie dans lequel sont
morts 15 citoyens
algériens, également sur instruction de la France », a poursuivi M.
Matic.

En 1995, il faisait partie d’un autre groupe « qui a participé à un
massacre à Srebrenica », a
affirmé le ministre. Des milliers de Musulmans ont été tués par les
forces serbes en juillet 1995
après la chute de l’enclave musulmane de Srebrenica, dans l’est de la
Bosnie.

Selon M. Matic, le groupe « Araignée » a été formé en 1996 et ses tâches
étaient entre autres « les
liquidations » et « d’autres formes de terrorisme ».

Pendant les bombardements au Kosovo, le groupe a pu s’engager dans
l’armée yougoslave en
tant que volontaires et est allé dans la province pour tuer l’un des
commandants de l’Armée de
libération du Kosovo (UCK), le « commandant Remi », mais l’opération a
raté, a déclaré M.
Matic. Le groupe a alors tué « plusieurs Albanais », selon lui.

Le quotidien privé belgradois Blic a affirmé le 17 novembre que cinq
réservistes de l’armée
yougoslave, soupçonnés d’avoir commis des crimes contre des civils au
Kosovo et d’avoir
espionné pour un pays étranger, avaient été placés en détention
préventive à Belgrade.

Selon Blic, qui citait des sources judiciaires, ces hommes avaient été
présentés à un juge
d’instruction le 14 novembre au milieu de mesures de sécurité
exceptionnelles. Les cinq
hommes étaient masqués, de même que les policiers qui les surveillaient,
selon le quotidien.

Au cours de la conférence de presse des diapositives ont été projetées
montrant notamment,
selon M. Matic, Jugoslav Petrusic au Zaïre. Un film en noir et blanc
censé représenter le même
Petrusic dans sa cellule a été montré, ainsi que divers documents
d’identité.

am-plh/gg t

  

Retour