Où sont passés les Algériens de Guantanamo ?

Ils auraient été extradés vers l’Algérie

Où sont passés les Algériens de Guantanamo ?

M. Saadoune, Quotidien d’Oran, 24 juin 2002

L’affaire des six Algériens de Guantanamo a connu de nouveaux rebondissements, hier. Interpellés à Sarajevo par la police bosniaque, ces Algériens accusés d’intelligence avec les réseaux de Ben Laden ont, dans des conditions qui demeurent encore floues, été extradés vers les Etats-Unis. Là-bas, ils ont été ensuite acheminés vers l’enclave américaine de Guantanamo Bay à Cuba. Depuis, plus aucune nouvelle d’eux. Les prénommés Boudela Omar El Hadj, Mustapha Aït Idir, Mohamed Nechla, Belkacem Bensayah, Boumédiène Lakhdar, Saber Lahmar n’ont, en effet, laissé aucune trace après leur extradition de Bosnie.

Hier, l’épouse de Boudela Omar El Hadj, madame Dazdarovic, de nationalité bosniaque, a déclaré au journal Ach Charq El Awsat qu’une demande avait été introduite auprès des autorités américaines pour avoir des nouvelles sur son mari ainsi que sur le groupe des Algériens déportés à Guantanamo. Selon cette personne, les «Algériens de Guantanamo», comme on les appelle, auraient été transférés en Algérie après que les «services américains» ne purent prouver leur appartenance au réseau d’Al-Qaïda. Elle estime que les déclarations contradictoires de la mission de la Croix-Rouge, qui s’est rendue sur la base militaire américaine à Cuba, constituent, pour elle, un indice sérieux qu’ils ne sont plus sur l’île de Guantanamo. La mission de la Croix-Rouge lui aurait affirmé, selon Ach Charq El Awsat, qu’elle avait rendu visite aux Algériens détenus par les « services » américains. Après coup, son informateur se serait rétracté en lui donnant deux nouvelles versions : la première est qu’il n’y avait pas d’Algériens dans le camp X de Guantanamo. La seconde est que, hormis Belkacem Bensayah, ses autres compatriotes auraient été transférés vers une nouvelle destination.

Où ? madame Dazdarovic pense qu’il s’agit de l’Algérie. D’ailleurs, elle cherche à obtenir des autorités algériennes une confirmation ou un démenti sur un éventuel transfert dans notre pays d’Algériens auparavant retenus sur l’île de Guantanamo. D’après cette personne, elle aurait eu des contacts avec des «officiels» algériens. Sans préciser leur identité ni leur statut, ces derniers lui auraient affirmé que les six Algériens se trouveraient en Algérie. Et que, faute de preuves sur leur culpabilité et leur appartenance au réseau Ben Laden, ils seraient bientôt libérés.

Jusqu’à présent, aucune source algérienne, ni officielle ni officieuse, n’a fait état de cette affaire.