Les locaux de deux associations féminines mis sous scellés

Les locaux de deux associations féminines mis sous scellés

Publié par Amel Bentolba, Le Soir d’Algérie, 2 mars 2018

Le siège qui abrite deux associations qui activent depuis des années pour le droit des femmes et l’épanouissement de la personne a été mis sous scellés, hier, selon une décision dûment signée par le wali d’Oran. Il s’agit des associations Fard (Femmes algériennes revendiquant leurs droits) et l’Afepc (Association féministe pour l’épanouissement de la personne et l’exercice de la citoyenneté).
Sur place, on pouvait apercevoir derrière la porte en fer et mise sous scellés, qui abrite les deux associations en question, un document placardé suite à cette mesure. Il y est fait mention d’une fermeture en raison de non-conformité des deux associations à la réglementation régissant les conditions de création d’une association. La notification précise que la fermeture sera maintenue jusqu’à ce que les associations concernées règlent leur situation administrative. Nous avons essayé d’en savoir plus sur les raisons de cette surprenante décision d’autant que nous savons que les associations en question travaillent depuis toujours et jusqu’à tout récemment avec les autorités locales. La présidente de l’association nous a fait savoir que les scellés ont été mis en leur absence.
Pour les membres de l’association, le motif de la fermeture du siège n’est pas fondé puisque, disent-ils, «nous avons renouvelé notre bureau associatif comme l’exige la réglementation et nous attendons la domiciliation pour déposer le dossier».
La notification de fermeture a été présentée au commissariat où la présidente s’est rendue, et on lui a demandé de la signer. «J’ai refusé de la signer car on considère que l’association n’est pas dans une situation illégale. La notification nous informe qu’ils vont sceller, comment la signer alors que les scellés ont déjà été faits en notre absence ?» L’association existe depuis 1995, tandis que le récépissé leur a été remis depuis près de quatre ans. «Depuis 2014, nous avons la mise en conformité et depuis, on n’a pas reçu de refus et la loi dit qu’une association locale qui dépose un dossier avec récépissé si au bout de 40 jours elle n’a pas de refus, elle est légalement constituée.»
Une réunion est prévue entre les deux associations, et un communiqué commun sera rendu public et feront savoir quelle action Fard et Afepec vont entreprendre face à cet état de fait.
Amel Bentolba