Lettre aux ONG de Droits de l’Homme

Lettre aux ONG de Droits de l’Homme

ACAT, Amnesty International, Human Rights Watch, Fédération Internationale de Droits de l’Homme, Ligue de Droits de l’Homme

22 février 2007

Comme plusieurs personnes ont manifesté leur solidarité avec Habib Souaidia après la parution de cette lettre, nous avons décidé de lancer un appel à signatures. Envoyez votre signature par e-mail individuel à l’adresse d’Algeria-Watch.

Nous voudrions attirer votre attention sur un fait grave qui s’est déroulé en janvier 2007 à Paris sans que les médias ne lui aient donné l’importance qu’il mérite. Le 11 janvier dernier, Habib Souaïdia, auteur du livre « La sale guerre » en Algérie, a été agressé dans le métro en présence de sa femme (Cf. Libération du 27/01/07). La date de l’agression et la qualité de la victime indiquent que cet acte n’est pas un fait divers fortuit (le 11 janvier est la date anniversaire de l’annulation des élections de décembre 1991 par les militaires en Algérie). Loin d’être un incident banal, cet événement fait partie de la campagne d’intimidation lancée en France par les services algériens contre les opposants au régime.

Habib Souaidia s’exprime régulièrement et venait d’écrire un article sur les viols de femmes par les militaires durant la « sale guerre » (1). L’objectif est d’amener les opposants à se taire définitivement pour que les auteurs de malversations et de violations de droits de l’Homme ne rendent jamais compte à la justice ni en Algérie ni ailleurs.

Nous alertons les militants de droits de l’Homme que s’il n’y a pas de réaction de protestation, et s’il n’y a pas interpellation des autorités françaises sur leur devoir d’assurer la sécurité des personnes résidant sur le territoire français, les services algériens seront encouragés à aller plus loin dans de tels agissements jusqu’à commettre l’irréparable. L’objectif de cette campagne d’intimidation est de faire taire toute prise de parole condamnant les violations de droits de l’Homme en Algérie.

Nous affirmons notre solidarité à Habib Souaïdia, tout en condamnant les méthodes brutales du régime d’Alger contre ses citoyens en Algérie et à l’étranger. Nous comptons sur la solidarité des ONG de droits de l’Homme en France pour être vigilantes quant à la protection des opposants aux régimes autoritaires du Sud de la Méditerranée. Il est indispensable que ces opposants continuent de parler et de témoigner pour se faire le relais des combats démocratiques menés dans leurs pays respectifs.

Signataires: Noureddine Abdi, sociologue; Lahouari Addi, sociologue ; Djamel Benchenouf, journaliste; Omar Benderra, économiste; Mohammed Harbi, historien, Ghazi Hidouci, économiste; Hocine Malti, expert pétrolier ; Salima Mellah, journaliste 

  • Hocine Ait-Ahmed, Président FFS
  • Jugurtha Ait-Ahmed, journaliste
  • Abdelbaset Bedrouni, Dipl. Ing. ( Uni. )
  • Soleiman Adel Guemar, Journaliste independant, Consultant Open universite
  • Mourad Ouchichi, étudiant
  • Karine Gantin, Cedetim
  • Belaid Ait Mohand, Formateur Saint Prix
  • Riad Boukherbab ; économiste/chercheur
  • Sofiane Chouiter, avocat

 

(1)Dans la République de la peur, le viol est une arme de guerre , Algeria-Watch, 23 décembre 2006 < http://www.algeria-watch.org/fr/article/tribune/souaidia_arme_guerre.htm >