Nouvelles arrestations après libération dans la cadre de la réconciliation nationale et la paix en Algérie

Nouvelles arrestations après libération dans la cadre de la réconciliation nationale et la paix en Algérie

Observatoire des droits humains en Algérie

19 avril 2006: Les quatre hommes, M’hamed Benyamina, Boumezbar Adel, Abdelmadjid Dahoumène et Ikhlef Mourad, arrêtés entre le 2 et le 3 avril et incarcérés dans la prison de Serkadji, ont été placés dans différentes prisons à l’extérieur de la capitale.
Ikhlef Mourad a été transféré à la prison de Chlef le 16 avril, Boumezbar Adel et M’hamed Benyamina le 17 avril à la prison de Bouira et Abdelmadjid Dahoumène le 18 avril à la prison de Berrouaghia. Libérés en mars 2006 dans le cadre de l’application de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, ils ont été remis en prison un moi plus tard. Les explications des responsables algériens à propos de ces réincarcérations sont contradictoires. Dans un premier temps le ministre de la Justice avait annoncé qu’elles étaient intervenues pour rectifier des “erreurs d’appréciation” des magistrats. Le ministre de l’intérieur déclare maintenant que des éléments nouveaux justifient ces arrestations, notamment « d’autres crimes non couverts par la charte ».
Les autorités américaines et françaisesseraient intervenues, tous les quatre suspects étant selon elles impliqués dans des projets terroristes. Voir notamment L’affaire Benyamina

5 avril 2006: Les quatre hommes, M’hamed Benyamina, Boumezbar Adel, Abdelmadjid Dahoumène et Ikhlef Mourad ,arrêtés entre le 2 et le 3 avril ont été incarcérés directement à la prison de Serkadji , sans présentation à la justice et sans que leurs avocats en aient été informés.

03 mars 2006. 11h 30: M’Hamed Benyamina transféré par la police politique à Alger. Correspondance de Tiaret.

M’Hamed Benyamina arrêté hier soir à Tiaret, a été transféré tôt ce matin vers Alger à bord d’un fourgon banalisé immatriculé 16 (Alger) selon le témoignage de sa famille, inquiète du sort de son fils. Aucune explication ne lui a été donnée par les éléments de la police politique sur les motifs de cette arrestation, alors qu’il venait d’être libéré début mars dans le cadre de la « réconciliation nationale.

03 avril 2006 12h: Arrestation des citoyens Abdelmadjid Dahoumène et Adel Boumezber à Alger. Correspondance d’Alger.

Abdelmadjid Dahoumène, demeurant aux Anassers (Alger), libéré au mois de mars dernier de la prison de Serkadji, dans le cadre de la « réconciliation nationale » a été arrêté aujourd’hui à 00h à son domicile par des policiers accompagnés de civils de la police politique.

Aux environs de 1 heure du matin du même jour, c’est au tour du citoyen Boumezbar Adel d’être arrêté à son domicile à El Harrach, par des policiers et des civils. Cette équipe serait la même qui aurait procédé à l’arrestation dans le même quartier de monsieur Mourad Ikhlef. 
Boumezbar Adel avait été arrêté une première fois à son retour du Canada, il y a deux ans. Il était entré à Alger pour célébrer son mariage. Il avait été incarcéré à la prison de Serkadji. Début mars 2006, il avait été libéré dans le cadre de la « réconciliation nationale ».

03 avril 2006: Ikhlef Mourad a été arrêté à Alger
Correspondance d’Alger Lundi 03 avril 2006. 1h 30
Ikhlef Mourad, demeurant à El Harrach, anciennement extradé du Canada, puis détenu à la prison Serkadji d’Alger et récemment libéré dans le cadre de la « réconciliation nationale », a été arrêté à son domicile à El Harrach ce jour à 1 heure du matin par des policiers et des civils venus à bord de véhicules Nissan de la police et des véhicules banalisés, selon le témoignage de sa famille. Cette dernière ignore où a été conduit son fils.

02 avril 2006: Benyamina M’Hamed arrêté aujourd’hui à Tiaret. Correspondance de Tiaret. Dimanche 02 avril 2006. 20h.
Le citoyen M’Hamed Benyamina, 34 ans, boucher, demeurant en France (Trappes), père de deux enfants et séjournant au domicile parental à Tiaret depuis sa libération de la prison de Serkadji, début mars, a été arrêté aujourd’hui à 18 heures à son domicile par trois hommes en civil venus à bord d’un véhicule banalisé de type Golf Volkswagen immatriculé à Oran (31) selon le témoignage de sa famille. Il aurait été emmené au siège de la police politique de Tiaret où s’est rendu un membre de sa famille pour s’informer de son sort. Il lui aurait été répondu qu’il s’agissait d’une simple formalité et qu’il allait être libéré demain, après son interrogatoire par des agents venus d’Alger.