L’Algérie partenaire incontournable

L’Algérie partenaire incontournable

par Zouaoui Mouloud, Le Jeune Indépendant, 26 avril 2006

Le responsable espagnol devrait évoquer la question de la non-participation de l’Algérie à la réunion prévue les 10 et 11 juillet prochain avec le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui, et avec le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia.

L’Algérie qui est considérée comme l’un des partenaires essentiels dans le dialogue euro-méditérranéen plaide pour un traitement de la question de l’immigration dans le cadre de l’Union africaine. Elle préconise une stratégie de développement à laquelle doit s’associer l’Union européenne et qui dépasse le cadre de la dissuasion légale.

L’absence de l’Algérie à la réunion de Rabat, prévue à l’initiative de l’Espagne, la rendrait inconsistante et l’amputerait de l’aval du plus important partenaire maghrébin de l’UE dans la lutte contre l’immigration clandestine, la contrebande aux frontières et la lutte contre le terrorisme.

D’autant plus que le Maroc ne cesse d’accuser son voisin de servir de point de transit aux immigrants subsahariens, ce que dément l’Algérie, qui reproche aux Marocains de ne pas lutter contre l’immigration illégale et les réseaux de passeurs.

Il y a cinq jours, les autorités marocaines avaient renvoyé vers l’Algérie 234 immigrants clandestins africains. Le refoulement, l’automne dernier, par les autorités de Rabat de centaines d’immigrants subsahariens dans le désert avait fait scandale et suscité l’indignation dans le monde, notamment des associations de défense des droits de l’homme.

Des dizaines d’immigrants subsahariens dont des femmes et des enfants avaient été dispersés dans le désert par les forces de sécurité marocaines puis retrouvés errant dans le désert algérien et celui du Sahara occidental. Beaucoup d’entre eux n’ont pu survivre.

Selon les témoignages des rescapés, nombreux étaient ceux en situation régulière au Maroc ou dépendaient du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Ils avaient été pris dans des rafles policières et conduits aux frontières.

Ce scandale avait donné lieu à une polémique entre Alger et Rabat. L’Algérie avait alors préconisé une stratégie de développement des pays pourvoyeurs en immigrants clandestins. Cette stratégie sera exposée par l’Algérie lors de la réunion de haut niveau de l’ONU sur l’immigration en septembre prochain.

Z. M.