L’Algérie signe son 56ème accord d’extradition

JUSTICE

L’Algérie signe son 56ème accord d’extradition

par Omar S., Liberté, 18 février 2007

L’Algérie et la Corée du Sud sont désormais liées par un accord d’extradition de criminels en vertu duquel les deux pays s’échangeraient des personnes poursuivies ou condamnées à une peine privative de liberté. La cérémonie de signature s’est déroulée hier au siège du ministère de la Justice.

L’accord, qui est présenté comme un renforcement des relations d’amitié entre les deux pays et de coopération dans le domaine juridique et judiciaire, a été signé par le secrétaire général du ministère de la Justice, M. Messaoud Boufercha, et par l’ambassadeur de la Corée du Sud à Alger, M. Jung Hai-Ung. Le nouvel accord complète celui signé le mois de mars dernier.

M. Boufercha a indiqué, à l’issue de la cérémonie de signature, que cet accord constitue « un nouveau jalon dans les relations bilatérales et offre un cadre juridique à la coopération stratégique entre l’Algérie et la Corée du Sud dans plusieurs domaines économiques et commerciaux (…), en attendant la conclusion d’autres accords dans les domaines civil et commercial ». Tout comme l’accord se veut l’expression de la volonté des deux pays de s’insérer dans une dynamique de coopération internationale.

Les clauses de cet accord portent également sur la procédure et les conditions d’extradition, les cas de refus et les garanties au profit des personnes poursuivies ou déjà condamnées. Pour la partie coréenne, la signature de cet accord constitue un instrument de coopération avec l’Algérie, que M. Jung Hai-Ung espère voir s’intensifier.

Le directeur général des affaires juridiques et judiciaires au ministère de la Justice, M. Mohammed Amara, a rappelé que l’Algérie a signé, à ce jour, 56 accords d’extradition de criminels avec plusieurs pays, tels que l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Chine et l’Afrique du Sud». Selon ce responsable, l’Algérie ambitionne de parvenir à signer une centaine d’accords similaires d’ici la fin 2009. Objectif dicté, selon lui, par les impératifs d’une lutte internationale conjuguée contre le crime transfrontalier. Il signalera que des négociations sont engagées avec plusieurs pays, sans préciser lesquels, sur la conclusion d’accord en matière d’extradition.

« Plusieurs personnes recherchées qui étaient en fuite à l’étranger, notamment au Maroc, ont été remises à l’Algérie, qui a procédé, de son côté, à l’extradition de personnes recherchées dans d’autres Etats », a-t-il ajouté.

Au sujet de la coopération judiciaire avec la Grande-Bretagne où est réfugié actuellement Abdelmoumen Khalifa, que l’Algérie demande à extrader, Mohammed Amara a affirmé que les accords signés avec ce pays en matière de « coopération dans les affaires criminelles, commerciales et civiles, outre les accords portant sur le mouvement de personnes et l’extradition des criminels », entreront prochainement en vigueur après que les mesures nécessaires seront prises.

L’ambassadeur coréen, évoquant les autres aspects ce la coopération entre les deux pays, a estimé le volume des échanges commerciaux et économiques entre les deux pays, y compris les domaines d’investissement, à près de un milliard de dollars en 2006, ce qui représente le double de ce qui a été réalisé en 2005. Le flux des échanges est appelé à se développer, aux yeux de l’ambassadeur, à la faveur des projets en gestation dans les secteurs de la pétrochimie, les communications… L’ambassadeur a chiffré à plusieurs milliards de dollars ces projets de coopération en cours de négociation.