Extradé d’Angleterre, Rabah Kadri conteste sa condamnation en France

Extradé d’Angleterre, Rabah Kadri conteste sa condamnation en France

L’Algérien Rabah Kadri, extradé jeudi de Grande-Bretagne, a contesté auprès du parquet de Paris sa condamnation par défaut en 2004 à 6 ans de prison pour l’attentat déjoué contre le Marché de Noël de Strasbourg.

20Minutes.fr avec AFP | 23.06.06 | 17h27

L’Algérien Rabah Kadri, extradé jeudi de Grande-Bretagne, a contesté auprès du parquet de Paris sa condamnation par défaut en 2004 à 6 ans de prison pour l’attentat déjoué contre le Marché de Noël de Strasbourg, selon son avocat Me Benoît Dietsch.

A son arrivée sur le territoire français, à l’aéroport de Villacoublay, Rabah Kadri a été conduit au palais de justice de Paris et présenté à un représentant du procureur de la République qui lui a notifié son mandat d’arrêt et sa condamnation par défaut. Le magistrat lui a également demandé s’il acceptait sa peine.

« Mon client a dit qu’il avait été condamné injustement et faisait opposition à cette condamnation », a indiqué à l’AFP Me Dietsch.

La loi prévoit que, si M. Kadri conteste sa condamnation, il soit rejugé dans les deux mois par le tribunal compétent, a précisé à l’AFP une source judiciaire.

M. Kadri a ensuite été présenté à un juge des libertés et de la détentions (JLD) chargé de statuer sur son placement en détention provisoire. Mais le débat a été différé au 27 juin à la demande de Me Dietsch. Dans l’attente, il a été écroué à la prison de Fresnes.

L’extradition de M. Kadri, sous le coup d’un mandat d’arrêt délivré le 27 novembre 2002 par le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, a été annoncé à la presse par le ministre de la Justice Pascal Clément lors d’un déplacement dans le Var.

Rabah Kadri se trouvait en Grande-Bretagne lorsqu’il avait été condamné par défaut à 6 ans d’emprisonnement en décembre 2004 pour sa participation au projet d’attentat contre le marché de Noël de Strasbourg.

Il avait été interpellé le 5 novembre 2002 dans le cadre du démantèlement d’un réseau terroriste qui prévoyait un attentat chimique par l’utilisation de ricine. Il a été inculpé par la justice anglaise en février 2003 pour fabrication d’armes chimique.

Rabah Kadri, alias « Toufik », 35 ans, est considéré comme un ancien bras droit d’Abou Doha, l’un des chefs d’Al-Qaïda en Europe chargé à Londres du recrutement de combattants pour l’Afghanistan jusqu’à son arrestation en février 2001.

L’attentat déjoué en 2000 contre le marché de Noël de Strabourg, un endroit particulièrement fréquenté de la capitale alsacienne, devait être réalisé au moyen d’un grosse cocotte-minute bourrée d’explosifs.

Dix prévenus, dont Rabah Kadri, ont été condamnés pour « association de malfaiteurs à but terroriste » à des peines de 1 à 10 ans de prison ferme pour ce projet d’attentat.

Dans son réquisitoire, le procureur Christophe Tessier avait présenté Rabah Kadri comme l’un des quatre membres du groupe responsable de la préparation de l’attentat.