Dans l’attente de la Justice : Une lettre du détenu P

Dans l’attente de la Justice : Une lettre du détenu P

http://www.cageprisoners.com/articles.php?id=11915

Monsieur, nous voulons dire aux britanniques que nous sommes innocents et que nous voulons la justice. Nous ne voulons pas être des boucs émissaires pour les erreurs du gouvernement. Ils ont utilisé le complot du « ricin » pour aller faire la guerre en Irak. Si quelque chose venait à se produire à l’avenir, nous en payerions le prix puisque nous sommes toujours dans la ligne de mire du gouvernement. Lorsqu’ils veulent faire passer une nouvelle loi, ils nous mentionnent toujours. Ils nous conduisent à la folie.

Ils jouent avec la vie de nos familles et de nos enfants. Nous ne sommes pas des ennemis de l’Etat. Si vraiment il y a une démocratie dans ce pays, alors nous devrions être jugés en audience publique avec un jury. Comme tout le monde dans ce pays, nous avons le droit d’accéder aux tribunaux. Nous sommes épuisés par le système ; tout est tenu secret. Cela nous rappelle notre pays de dictature. S’il ne respecte pas sa propre démocratie, comment ce pays peut-il exporter la démocratie vers l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, et d’autres pays semblables? Des personnes sont détenues sans procès.

Nous avons gagné par deux fois en une année devant la Chambre des Lords et le gouvernement n’obéit pas à cette loi. A présent, ils nous détiennent grâce à un stratagème et ils obtiennent des preuves par la torture. Quand le Ministre de l’Intérieur, David Blunkett, a émis des certifications à l’encontre des détenus, il a dit qu’il ne pourrait pas expulser ces personnes vers leur pays en raison de la crainte de la torture. Et maintenant Charles Clarke, le nouveau Ministre de l’Intérieur, utilise tout ses pouvoirs pour défaire la Chambre des Lords et expulser des gens vers des dictatures.

Détenu P (maintenu en résidence surveillée)

Le détenu P a été incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh et à l’hôpital de Broadmoor pendant 4 années sans charge ni procès, relâché sous ordonnance de liberté surveillée et ensuite ré-arrêté par le Département de l’Immigration pour être expulsé en Algérie. Il a été récemment libéré et mis en résidence surveillée. Son combat pour la justice continue.

SOURCE: The Muslim News