Le 3e congrès de la LADDH aura lieu avant la fin de l’année

La commission technique de préparation du rendez-vous est installée

Le 3e congrès de la LADDH aura lieu avant la fin de l’année

El Watan, 17 août 2009

Le 3e congrès de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) aura lieu avant la fin de l’année en cours.

L’organisation que préside Mustapha Bouchachi a déjà mis en place la commission nationale technique de préparation du congrès. L’installation de cette commission est intervenue, indique un communiqué de la ligue, à l’issue de la réunion du conseil national de la LADDH, tenue samedi dernier à Alger. Dans le même sens, le communiqué ajoute que la LADDH « a été reconnue, le 3 août dernier, par le bureau international de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme comme la plus représentative ». Ce qui constitue, selon les partisans de M. Bouchachi, « un désaveu pour l’aile rivale présidée par Hocine Zehouane ». L’organisation de ces troisièmes assises va-t-elle permettre l’unification des rangs de la LADDH, scindée en deux ailes antagonistes depuis 2007 ? Peut être.

Outre l’installation de la commission préparatoire du congrès, le conseil national de la LADDH a procédé à la création d’une cellule chargée de la lutte contre la corruption. « Le conseil national adopte aussi la proposition de création d’une section universitaire et d’une instance chargée du dossier de la corruption sous l’appellation : cellule algérienne pour la protection des biens publics », affirme la LADDH dans son communiqué. Le conseil national de la ligue, lit-on encore dans le même document, a décidé d’installer une section de la LADDH dans les pays où la communauté algérienne est présente. « Cette décision a pour but de permettre aux Algériens de l’immigration de s’impliquer et de contribuer à la promotion et la protection des droits de l’homme en Algérie », explique le même communiqué. Tout en réaffirmant son engagement auprès des familles des disparus et de toutes les victimes de la décennie noire, la LADDH a approuvé également la création d’un collectif des enfants de disparus, dont le siège sera basé à Constantine. Par ailleurs, la LADDH dément l’existence de toute relation entre la ligue et la fondation internationale créée par le fils de Kadhafi.

Par Madjid Makedhi