Ultime témoignage

ULTIME TEMOIGNAGE

Nourredine BELMOUHOUB

J’ai eu le grand honneur et le mérite d’approcher le monde des Avocats , et c’est auprès de toi Maître MAHMOUD KHELILI que j’ai découvert ce qu’il y’a de meilleur au sein de cette confrérie car, contrairement aux partisanes et partisans de la parlotte de palais, des bavardages de halls, des confidences de galeries des colloques de buvettes et des heures passées à la salle des pas perdus, ce qu’il y avait de meilleur en toi Maître MAHMOUD KHELILI est que tu avais de tout temps respecté ta noble mission en accomplissant ton devoir, restant présent quand il n’y avait plus personne, te dévouant tout entier à la défense de celles et ceux qui venaient puiser de ton savoir et de tes nobles sentiments humains, les lumières dont ils avaient besoin pour soutenir leurs causes, conserver leur honneur et la dignité.

J’apporte ici mon témoignage sur ton combat désintéressé de tout et sans relâche, Maître MAHMOUD KHELILI, militant des Droits de l’Homme, devenu incontestablement célèbre grâce à ta probité, ton courage et ton honnêteté professionnelle.

Je témoigne que ton autorité morale, n’était pas conçue comme un vain élément de prestige destiné à entretenir gratuitement je ne sais quel esprit de corps, quelle morgue d’essence nobiliaire dans la profession ; Elle était la base à partir de laquelle tu avais mené un combat toujours recommencé durant la guerre d’Algérie et après l’indépendance contre l’arbitraire et la Hogra pour que la justice soit au service de la personne humaine et ne reste plus un instrument de domination, de Hogra et d’oppression au service d’un groupe d’un élan ou de toute entité.

Maître Mahmoud KHELILI je témoigne, plaçait son honneur au dessus de sa carrière à l’opposé des pollueurs des Droits de l’Homme et à remplit sa mission jusqu’au bout, avant d’exercer un métier, ne cessant d’adresser des somations de lancer des ultimatums et relevant des défis face à une justice qui n’est pas en règle avec elle même.

Maître Mahmoud KHELILI, l’homme que l’histoire n’oubliera pas, le Défenseur des Droits de l’Homme, l’Avocat qui dérangeait.

Repose en paix. Dieu t’agréera In challah dans son vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons.

Nourredine BELMOUHOUB
Défenseur des droits de l’Homme
Lundi, 10 mars 2003