Smail Mira: « je suis prêt à comparaître devant la Justice »

Smail Mira à El Khabar :

« J’étais chargé par le commandement militaire, et je suis prêt à comparaître devant la Justice »

El Khabar, 29 juillet 2007

Le député, Smail Mira, impliqué dans l’homicide du jeune Kamel Saâdi, a affirmé qu’il est prêt pour le procès et pour céder l’immunité parlementaire. L’ex-maire de Tazmalt a confié à El Khabar sa version des faits de l’incident qui a eu lieu le 13 juillet dernier.
Smail Mira a décidé de rompre avec son mutisme et affirmer qu’il est parfaitement disposé à remettre l’immunité parlementaire avant même que les procédures visant à sa levée soient engagée par l’Assemblée Populaire Nationale, APN, pour « faciliter la voie aux magistrats et enquêteurs ». Il s’est dit disposer à répondre aux questions des juges et même celles de la presse pour éviter « les rumeurs », et il a considéré les faits comme « un incident malheureux ».
Sur les circonstances de la mort de Kamel Saâdi, Smail Mira a déclaré, avec amertume, qu’il était près de la forêt de Yakouren, dans une mission d’inspection et de fouille sous les ordres de chef de la 5ème RM, après les doutes qui sévissait sur un camp d’entraînement des terroristes, dans le cadre de l’opération militaire menée contre l’Organisation d’al Qaida dans le Maghreb Islamique. Il a poursuivi « de retour à Tazmelt, j’ai aperçu un jeune en survêtement, je lui ai demandé ses papiers d’identité, il a refusé et a tenté de me déposséder de mon arme, et puis, suite à une altercation, un coup est parti seul…Je l’ai transporté moi-même à l’hôpital, j’ai même engagé des contacts avec l’hôpital militaire de Aïn Naâdja pour le prendre en charge, mais il a perdu la vie malheureusement ». A l’exception du fait que la victime ait tenté de déposséder le prévenu de son arme, les déclarations de Smail Mira sont parfaitement identiques à celle de la victime avant de décéder.
Il a dénoncé les manœuvres d’un parti
Merbah désavoue son député Smail Mira

Suite à l’implication du député Smail Mira dans le meurtre d’un jeune dans les hauteurs de Bejaia, sont parti, le Rassemblement National Républicain, et par la voie de son président Abdelkader Merbah, a annoncé qu’il le désavouait et qu’il déclinait toute responsabilité à l’égard de ce qu’il a fait, affirmant cependant qu’il est prêt à le défendre « si la légitime défense venait à être prouvée ».
M. Merbah est paru, dans un entretien avec El Khabar, inquiet concernant le sort de Smail Mira, après l’incident du vendredi 13 juillet.
Il s’attend à ce que les mesures de levée de l’immunité diplomatique commencent afin qu’il puisse répondre de ses actes devant le tribunal.
Il a dénoncé les pratiques et les déclarations d’un parti dont il a refusé de révéler le nom, il a indiqué que ce dernier travaillait à envenimer la situation entre la famille de la victime et celle de Mira, l’accusant de « manœuvrer », cherchant la gloire au dépend des innocents. Une allusion au Front des Forces Socialistes, FFS.

 

29-07-2007
Par Hamid Yes/ Traduit par B. A