Enseignants du supérieur: Une nouvelle grille des salaires

Enseignants du supérieur

Une nouvelle grille des salaires

par Hamid Guemache, Le Quotidien d’Oran, 21 juillet 2007

Bonne nouvelle pour les enseignants du supérieur: la nouvelle grille des salaires et le nouveau statut des enseignants du supérieur seront prêts vers la fin juillet. L’annonce a été faite à la presse jeudi par le coordonnateur national du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), Abdelmalek Rahmani. L’occasion: cérémonie de clôture des portes ouvertes sur l’Université organisée après une rencontre entre des membres du CNES et le ministre de l’Enseignement supérieur. Le coordonnateur du CNES a indiqué que la question des salaires des enseignants du supérieur «a été définitivement réglée» lors de cette réunion qui a permis aux deux parties de convenir d’«une nouvelle grille des salaires» qui sera «prête dans une semaine». Sans donner plus de détails, cette annonce constitue une bonne nouvelle pour les enseignants et les étudiants après une année universitaire particulièrement perturbée par les grèves à répétition du CNES.

M. Rahmani a estimé qu’une loi sur le statut serait éventuellement promulguée à la même période. Il a rappelé avoir reçu des «assurances» de la part du ministre du secteur quant au règlement de «nombre de problèmes en suspens notamment l’acquisition par les enseignants des logements loués depuis des années». M. Rahmani a confirmé le lancement d’un programme de construction de 1700 logements au profit des enseignants du supérieur au niveau de 35 universités précisant que la surface de chaque logement est de 120 mètres carrés pour un coût de 4 millions DA. Ce projet fait suite aux directives du président de la République pour l’année 2007, a-t-il souligné ajoutant que d’autres projets seront réalisés dans les années à venir. Le coordonnateur national du CNES a également indiqué avoir eu avec le premier responsable du secteur un entretien «très franc» qui a permis de soulever tous les problèmes du secteur notamment «les dépassements enregistrés au niveau de certaines universités, qu’il s’agisse de gestion administrative, financière ou pédagogique».

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Rachid Harraoubia n’a pas confirmé les annonces faites par le coordonnateur du CNES. Il s’est contenté de dire que la discussion avec le CNES «s’inscrit dans le cadre des réunions périodiques» que son département tient avec ses partenaires sociaux en vue d’aplanir les difficultés et de mieux prendre en charge les préoccupations de la famille universitaire. Rachid Harraoubia a affirmé que son secteur oeuvrera inlassablement à la prise en charge des préoccupations des différentes catégories au niveau de l’université algérienne. Après avoir rappelé les moyens mis à la disposition du secteur de l’enseignement supérieur, le ministre a souligné que cette rencontre sera une occasion pour «informer le conseil de certaines décisions prises par le président de la République depuis 4 mois environ» relatives à «des questions tangibles» dans le domaine de l’enseignement supérieur.

De son côté, le coordinateur national du conseil M. Rahmani Abdelmalek a «déploré» le fait que la volonté du ministère d’établir un partenariat avec le partenaire social «n’a pas trouvé un écho positif auprès des responsables de certains établissements universitaires». Dans une déclaration à l’APS, M. Rahmani a affirmé que cette réunion intervient dans le cadre d’une séance de travail destinée à poser plusieurs dossiers axés autour de trois points essentiels: la finalisation du statut particulier de l’enseignant du supérieur, la nouvelle grille des salaires des enseignants du supérieur et de l’enseignant chercheur qui connaît «un retard». Le conseil, a-t-il dit, a insisté lors de cette rencontre sur la question du partenariat social soulignant que le conseil rencontre «des obstacles» de la part de certains établissements de l’enseignement supérieur (certaines universités), ce qui nécessite, a-t-il dit, «l’intervention du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique».