La FNTR estime les augmentations «insuffisantes»

Revalorisation des pensions

La FNTR estime les augmentations «insuffisantes»

El Watan, 21 décembre 2011

La Fédération nationale des travailleurs retraités (FNTR) estime le relèvement des pensions et des allocations de retraite en deçà des attentes des retraités. «Nous sommes satisfaits et nous saluons cet acquis, qui améliore un tant soit peu la vie des retraités.

Mais ce n’est pas suffisant. D’autres points devaient être pris en charge ; mais cela n’a pas été fait. Alors ne tombons pas trop vite dans cette satisfaction», nous a déclaré hier Smaïl Boukris, le chargé de la communication de la FNTR. Une réunion des cadres de la fédération des 48 wilayas, indique notre interlocuteur, se tiendra dans le courant de la première semaine de janvier, à Alger, pour analyser et commenter ces augmentations. La FNTR demande la révision de la loi 83-12 relative à la retraite, notamment l’article 15, concernant les droits des acquis de la majoration pour conjoint, l’article 16 qui concerne le droit des acquis du minimum de la pension à 100% du SNMG au lieu de 75%, ainsi que l’article 43 ayant trait à l’octroi du coefficient d’actualisation, non pas une seule fois dans la vie, mais à chaque relèvement du SNMG.

La FNTR réclame également, dans un communiqué rendu public hier, aux membres du conseil d’administration de la Caisse nationale des retraites, pour le compte de l’année 2012, l’inscription «d’un taux de revalorisation équivalent au moins à 10% dans le but de compléter les mesures de solidarité décidées par le président de la République». Comme elle exige la prévision d’un relèvement de la majoration pour conjoint qui est restée figée à 1731 DA depuis 1994. Par ailleurs, la FNTR réitère ses inquiétudes «quant au retard mis dans l’annulation des dispositions de l’ordonnance de 97-13, relative à la retraite proportionnelle, et demande aux pouvoirs publics de trouver des solutions adéquates à cette catégorie de retraités, dont le financement est pris en charge par la CNR, qui a déboursé, depuis 1997 à ce jour, plus de 500 milliards de dinars, mettant en péril le financement de cet organisme. A cet effet, elle demande la restitution de cette importante somme dans les caisses de la CNR, afin d’être distribuée au profit des retraités par des revalorisations conséquentes». En outre, la fédération des retraités interpelle les pouvoirs publics afin qu’ils mettent tout en œuvre pour trouver d’autres sources de financement du système de protection sociale et de lutter contre la fraude dans les déclarations d’emploi et le travail au noir.
Meziane C.