Grève du CNES: Des enseignants mis en demeure

GREVE DU CNES

Des enseignants mis en demeure

Le Quotidien d’Oran, 24 mai 2006

Onzième jour de grève. Les enseignants grévistes sont toujours déterminés à poursuivre leur mouvement. Certains enseignants protestataires, à l’Ouest et au Centre, ont été mis en demeure par l’administration et appelés à rejoindre leurs postes. Chose que le coordonnateur national adjoint, chargé du Centre, M. Farid Cherbal qualifie d’«insensée» après la levée des suspensions par le ministre de l’Enseignement supérieur. «Notre grève est légale. Et selon la loi, la relation de travail est suspendue dans ces conditions. Pourquoi, alors l’administration a-t-elle envoyé des mises en demeure aux enseignants?», s’interroge Cherbal. Le coordonnateur de la section CNES de l’USTO affirme, pour sa part, que «ce mardi, un huissier de justice s’est déplacé à l’IGMO pour faire le constat sur le blocage des examens. Samedi dernier, le même constat a été fait à l’université de l’USTO».

Au Centre et à Blida, 15.000 étudiants ont vu leurs examens annulés à cause de la grève. A l’EPAU d’El-Harrach, les examens prévus cette semaine ont été reportés au 27 mai prochain. C’est la deuxième fois que ces examens programmés initialement pour le 13 mai sont bloqués suite au mouvement de grève. A l’Est, les enseignants de l’université Ferhat Abbès de Sétif, ont tenu, hier, une assemblée générale au cours de laquelle ils ont décidé du «retrait de confiance à Ali Boukaroura, coordonnateur national du CNES et à Mohamed Nekkab, coordonnateur de la section CNES-Sétif». Avec cette résolution, une section provisoire sera installée à l’université de Sétif, en remplacement de l’actuelle équipe, démise par son AG. Dans un communiqué rendu public l’AG déclare que «suite à la désorganisation du bureau du CNES local, les enseignants de Sétif n’ont pas pu imposer leur volonté quant à la décision à prendre concernant la grève nationale. Néanmoins, nous sommes très solidaires avec les grévistes des autres universités et déclarons que nous retirons notre confiance à M. Boukaroura et M. Nekkab coordonnateur local». Une AG est programmée pour dimanche à Sétif.

A Constantine, tous les examens prévus, cette semaine, sont annulés suite au mouvement de grève des enseignants. C’est donc plus de 100.000 étudiants inscrits dans cette université qui voient leurs examens bloqués par la grève. A l’université de Jijel, les examens sont annulés pour la troisième journée consécutive pour les mêmes raisons.

A l’Ouest, les universités d’Es-Sénia et de Chlef, ont rejoint le mouvement de grève, hier. A l’exception de l’université de Tlemcen, toutes les universités de l’Ouest sont paralysées, en plus des centres universitaires.

B. Mokhtaria