Démission collective de 27 médecins de l’hôpital de Zighoud-Youcef

Démission collective de 27 médecins de l’hôpital de Zighoud-Youcef

Publié par Ilhem Tir, Le Soir d’Algérie, 6 mars 2018

27 médecins généralistes et spécialistes de l’hôpital Ahmed-Aroua à Zighoud-Youcef ont déposé hier leur démission après l’échec de la grève qu’ils ont conduite, il y a quelques jours et la non-satisfaction de leurs revendications. En rupture de dialogue avec la direction, les médecins ont décidé d’une démission collective pour dénoncer également les conditions déplorables dans lesquelles ils travaillent et les mauvaises prestations offertes ainsi aux malades. La situation au niveau de cet hôpital est devenue électrique, notamment après la protestation et le sit-in des habitants de la commune il y a plus d’un mois pour dénoncer le déficit en médecins spécialisés au sein de l’hôpital. A vrai dire, le conflit opposant les médecins à la direction perdure en l’absence d’intervention de la Direction de la santé de wilaya et fait que les médecins désertent cette structure dépourvue de gynécologue, de diabétologue et d’orthopédiste à titre d’exemple. «Les malades qui se présentent à l’hôpital pour des examens ou des soins spécialisés sont automatiquement orientés vers les structures sanitaires du chef-lieu de wilaya Constantine», expliquent les médecins démissionnaires qui affirment que leur action collective constitue l’ultime recours pour attirer l’attention des pouvoirs publics vers cette structure.
Les médecins, dans leur déclaration, précisent que la réunion demandée avec l’administration et la direction de la santé pour étudier les problèmes inscrits dans leur plateforme de revendications n’a pas eu lieu. Ils affirment que les conditions d’accueil des malades se sont de plus en plus détériorées notamment pour les parturientes dont la majorité accouchent en cours de chemin, dans l’ambulance qui les conduit à la maternité de Constantine.
De son côté, le directeur de la santé et de la population de la wilaya avait déclaré, lors de la protestation des citoyens, que l’hôpital Ahmed-Aroua «ne manquait absolument de rien. Il y a deux spécialistes qui sont partis dernièrement de l’hôpital parce qu’ils ont terminé leur service civil, c’est tout», ajoutant que cette structure médicale est dotée de toutes les spécialités de base et que le service de maternité vient de bénéficier d’une nouvelle ambulance médicalisée.
Ilhem Tir