Naissance d’une coordination nationale de la Fonction publique

Syndicats autonomes

Naissance d’une coordination nationale de la Fonction publique

El Watan, 29 décembre 2007

Les syndicats autonomes entendent activer sous l’égide d’une coordination nationale, jetant ainsi les jalons d’une centrale syndicale forte de centaines de milliers d’adhérents.

Le nom du nouveau-né, qui existait à titre informel, est la Coordination nationale des syndicats autonomes de la Fonction publique. Réunis jeudi à Alger, les « douze » émanent de plusieurs secteurs de l’administration comme la santé publique, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur ou encore les collectivités locales. En effet, le siège national du Syndicat des médecins spécialistes du secteur public (SNPSSP), sis à Hussein Dey, a accueilli quasiment toutes les « grosses pointures » du syndicalisme autonome, entre autres, le CNES (universités), le Snapap (administration publique et para-publique), Snapest (enseignement secondaire et technique), le SNVFAP (médecine vétérinaire du secteur publique). Trois points ont été débattus lors de cette rencontre jugée « historique » par ses initiateurs. En premier lieu, la mouture de la charte de la coordination qui sera, selon le communiqué sanctionnant les travaux, « proposée aux bases respectives des syndicats pour enrichissement ». Le projet de la charte sera publié sous forme de lettre ouverte au président de la République, le 3 janvier 2008, dans deux quotidiens nationaux (en arabe et en français). Les « douze » ont décidé de se doter d’une direction « tournante », limitée à deux mois, le premier « coordinateur et porte-parole » étant Mériane Méziane, patron du Snapest. « Les bases syndicales des différents syndicats composant la coordination ont donné l’aval pour une action de protestation. D’où la décision de recourir à une journée de grève le 15 janvier 2008 », indiquent les animateurs de cette nouvelle centrale syndicale. « Le laminage insupportable du pouvoir d’achat et le déni d’assistance des syndicats autonomes » sont les points inscrits au chapitre de la contestation. Il faut savoir que si cette entité syndicale consacrait son ancrage sur le terrain, elle se classerait comme deuxième organisation du pays après l’UGTA.

Djamel Zerrouk


Une grève est prévue en janvier 2008

Les psychologues dénoncent le silence de la tutelle

Le Syndicat national des psychologues (SNAPSY) constate « avec amertume et préoccupation » le retard imputé au ministère de la Santé dans l’élaboration du statut particulier de la profession.

Ayant réuni son bureau national le 26 décembre 2007 à Alger, le SNAPSY se dit préoccupé aussi du fait que la plate-forme de revendications, soumise le 15 novembre à la tutelle, n’ait pas été prise en considération. « Nous constatons avec regret le louvoiement de l’administration et estimons inacceptables les dispositions relatives à la nouvelle grille des salaires », ajoute le SNAPSY. Et de mettre en garde contre « l’aggravation des tensions sociales » dues, selon le syndicat, aux retards pris dans l’application « totale » de la nouvelle grille et une perte drastique du pouvoir d’achat. Aussi, il est prévu, selon le communiqué du syndicat transmis hier à notre rédaction, une grève nationale de trois jours, les 28, 29 et 30 janvier 2008.

Djamel Zerrouk