Deuxième jour de la grève des collectivités locales: Le SNAPAP en rangs dispersés

Deuxième jour de la grève des collectivités locales: Le SNAPAP en rangs dispersés

par Ziad Salah, Le Quotidien d’Oran, 21 septembre 2011

La Fédération nationale des fonctionnaires des communes (FNFC), relevant du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), a décidé d’annuler la grève nationale prévue initialement les 20, 21 et 22 septembre, a indiqué lundi un communiqué de la Fédération. La décision d’annulation de la grève a été prise à la suite de la rencontre qui a réuni le secrétaire général du SNAPAP, M. Belkacem Felfoul, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, M. Tayeb Louh et au cours de laquelle le ministre a «promis que le statut particulier des fonctionnaires des communes sera promulgué au cours de cette semaine», selon le communiqué qui précise que le statut est «en phase de signature». La Fédération a, par conséquent, appelé tous ses adhérents au «respect» du contenu du communiqué. Lors de la rencontre qui a réuni la FNFC et les représentants du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales le 25 juillet dernier, il a été décidé de «déposer le 26 juillet pour signature le statut des fonctionnaires des communes au niveau du secrétariat général du gouvernement». La rencontre avait été consacrée à l’examen de «la plateforme de revendications» soumise par la Fédération au ministère de tutelle qui s’est engagé à ce que les travailleurs des communes bénéficient du régime indemnitaire en deux tranches».

D’autre part, la même aile du SNAPAP, présidée par M.Belkacem Felfoul, dans un communiqué daté d’hier 20 septembre, signé du président de la Fédération nationale du secteur des communes, M.Azzeddine Helassa, et s’adressant aux travailleurs des communes, annonce que « le statut particulier des travailleurs et fonctionnaires des communes a été signé hier 20 septembre ».

Interrogée sur l’aile de M.Felfoul, se réclamant comme porte-parole du Snapap, Madame Ghouzlane, SG élue de cette organisation, nous dira : « En effet, ce matin (hier, ndlr), M.Felfoul est passé sur les ondes de la radio nationale pour appeler au gel de la grève. C’est pour nous le meilleur indicateur que le mouvement d’ordre de grève de huit jours auquel nous avons appelé a reçu une forte adhésion et commence à poser problème au niveau des communes». Elle nous expliquera que tous les rapports qui parviennent à la cellule de suivi de la grève évoquent des intimidations et des tentatives de l’administration publique pour avorter ce mouvement de protestation. « Après l’échec de la tentative de l’UGTA qui a appelé à une grève pour le 25 septembre pour se rétracter, il est venu le tour de M.Felfoul », ironise-t-elle. Pour elle, l’information confirmée par le secrétaire chargé du conseil national du secteur des communes, le taux de participation au deuxième jour a atteint 100% dans dix wilayas du pays. Elle citera notamment Tizi Ouzou, Bouira, Bejaïa, Sétif, Khenchla… Dans d’autres wilayas, l’élargissement de la grève va crescendo, nous assurent d’autres sources. A l’Ouest, les communes de Gdyel et d’Arzew ont été elles aussi touchées par ce mouvement de protestation. Dans ce sens, un syndicaliste du snapap de Bir El Djir nous indique qu’hier matin un inspecteur de travail est passé pour établir le constat de la grève. Un travailleur se réclamant de la tendance de Felfoul a été décrié par ses pairs en présence de ce commis de l’Etat. « Ce qui équivaut à son illégitimité de se prononcer au nom des travailleurs », conclura notre interlocuteur.

Concernant M. Felfoul, nos interlocuteurs affirment qu’il s’agit d’un ex-député, retraité de l’administration. « Comment un retraité peut-il prétendre représenter les travailleurs de la fonction publique ? », s’interroge un responsable du Snapap. Un autre nous confirme qu’en 2010, ce même Felfoul a introduit une action en justice pour récuser la légitimité de la direction actuelle du Snapap. « Sa demande a été rejetée par la justice », nous confie Mme Ghouzlane. Elle profitera pour nous rappeler qu’au début de l’année en cours, le Snapap a organisé une série de congrès régionaux pour renouveler ses représentants. Ce sont les événements qu’a connus l’Algérie en janvier dernier et l’implication du Snapap dans la CNCD, dont il est un des initiateurs, qui ont reporté la tenue du Congrès national, ajoutera un autre.

Notons que nous avons déployé vainement des efforts immenses pour pouvoir rentrer en contact avec Felfoul. Tous ceux à qui nous nous sommes adressés ne connaissent pas un siège, national ou régional, à celui qui revendique la représentativité du Snapap.

De son côté, Rachid Malaoui, président de ce syndicat, actuellement au Proche Orient pour préparer une rencontre arabe des syndicats autonomes, nous dira : «elle est vieille cette histoire de clonage des syndicats autonomes». Par « clonage», il entend : «création des syndicats parallèles aux ordres des pouvoirs publics».