Le Cnapest paralyse les lycées

L’APPEL À LA GRÈVE A ÉTÉ MASSIVEMENT SUIVI

Le Cnapest paralyse les lycées

Le Soir d’Algérie, 16 avril 2013

Les établissements scolaires sont en grève de deux jours depuis hier. Le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique Cnapest), qui a appelé à ce mouvement de protestation, estime le taux de suivi à 85% au niveau national.
Salima Akkouche – Alger (Le Soir) – Carton plein pour le CNAPEST. Le syndicat autonome a réussi à mobiliser 85% des établissements scolaires autour de son mouvement de grève. Le taux de suivi diffère cependant, d’une région à une autre, précise Messaoud Boudiba, chargé de l’information au CNAPEST qui reconnaît qu’à Algercentre le mouvement a été timidement suivi avec un taux qui avoisine les 55%. Les cours ont été effectivement dispensés normalement au niveau des établissements situés au 1er Mai, Sidi M’hamed ou encore à Bab El Oued. Le CNAPEST a avancé l’absence de sa structure dans les établissements se trouvant dans ces quartiers, pour expliquer la non adhésion au mouvement. Cependant, dans les établissements où la formation est structurée, la mobilisation a été massive. Le syndicat estime le taux de suivi à Alger-ouest à 80%, Algerest 75%, Adrar 87%, Laghouat 75, Oum El Bouaghi, Bordj Bou Arréridj, Tlemcen et Bouira 80%, Biskra 70%, Blida 93%, Boumerdès et Béjaïa à 90%, Khenchela 88% et M’sila à 100%. Le syndicat estime le taux de suivi au niveau des établissements primaires entre 15 à 20% et entre 20 à 30% au moyen. «C’est notre premier mouvement. Autant que ce syndicat soit élargi aux paliers primaire et moyen et nous sommes très satisfaits de ce premier test» souligne le syndicat. Nouar Larbi, coordonnateur du CNAPEST, explique qu’il a choisi de se démarquer des autres syndicats autonomes du secteur, en choisissant de débrayer seul, car il n’intègre pas la révision du statut 240/12 dans sa plate-forme de revendications. «Nos propositions ont été prises en considération à 90% dans ce statut» souligne le syndicat. Ce dernier appelle à l’ouverture du dossier de la médecine du travail et de postes aménagés, la régularisation des enseignants du technique en les intégrant dans leurs catégories de base ou en qualité d’enseignants du secondaire et leur permettre de bénéficier de la promotion et l’intégration, notamment en tant que formateurs, selon l’ancienneté exigée pour ces postes et le règlement de la situation financière des enseignants principaux. Il demande aussi la régularisation des primes de zones et de Sud et l’élargissement de la prime de zone à l’ensemble des wilayas reculées, l’accès au logement de fonction et l’accélération de la mise en place de la commission chargée des œuvres sociales. Le syndicat qui reconduit aujourd’hui son mouvement de débrayage, reste confiant quant à une prise en charge imminente de ses revendications. Nouar Larbi qui dit avoir contacté le ministère de tutelle, expliqué que ce dernier a décidé d’apaiser les tensions, en programmant des réunions de concertation avec les différents syndicats au cours de la semaine prochaine.
S. A.