Suite à l’affaire de l’agent de la CIA en poste en Algérie

Suite à l’affaire de l’agent de la CIA en poste en Algérie

Washington apprécie la retenue d’Alger

Par : Merzak Tigrine, Liberté, 9 février 2009

Il ne fait aucun doute que sous d’autres cieux, une affaire similaire à celle de l’agent de la CIA en fonction à l’ambassade des États-Unis, qui s’était rendu coupable du viol de deux Algériennes, aurait fait l’objet d’une exploitation outrancière, que ce soit sur le plan médiatique ou diplomatique.
Faisant preuve de beaucoup de circonspection dans le traitement du dossier, les autorités algériennes ont réduit la question à sa dimension normale dans le but de ne pas envenimer les relations avec un partenaire aussi important que Washington. Il a été laissé le soin aux Américains de prendre les mesures qui s’imposent dans ce genre de situation, qui porte beaucoup plus atteinte à l’image de marque des États-Unis à l’étranger. Dans ce cadre, une enquête est en cours au niveau des structures concernées de l’agence du renseignement américain pour déterminer les suites à donner à cette affaire. En attendant, les responsables américains ne cachent pas leur satisfaction, à l’image du sénateur républicain de l’État d’Oklahoma, James Inhofe, qui a salué le rôle “important” de l’Algérie en tant qu’allié et partenaire des États-Unis dans la lutte antiterroriste, selon une source diplomatique.
James Inhofe, qui a rencontré récemment l’ambassadeur d’Algérie à Washington, Abdallah Baali, s’est félicité des bonnes relations entre son pays et l’Algérie. Dans une déclaration rendue publique, à l’issue de son entrevue avec le représentant diplomatique algérien dans la capitale américaine, le sénateur a loué “les efforts du président Bouteflika et des responsables algériens qui ont fait de l’Algérie un leader parmi les pays en développement”. La même source a indiqué que James Inhofe, sénateur, s’est dit “disposé à œuvrer de concert avec l’ambassadeur d’Algérie dans l’intérêt des deux pays”. Connu pour son engagement en faveur du continent africain, le membre du Congrès américain a salué, dans sa déclaration, le rôle important de l’Algérie sur les plans régional et continental, en rappelant notamment le soutien de notre pays à “l’Union africaine, ses efforts pour le règlement des conflits en Afrique et son rôle vital en tant qu’observateur dans les négociations visant la résolution du conflit du Sahara occidental qui dure depuis trente ans”.
Pour information, James Inhofe est membre de plusieurs commissions sénatoriales, notamment celle des forces armées. Il est l’un des membres du congrès les plus engagés en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et a visité les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf à deux reprises.

Merzak Tigrine