“ Sans l’Algérie, l’UPM n’a aucune chance de réussite”

Conférence de presse de l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie

“ Sans l’Algérie, l’UPM n’a aucune chance de réussite”

Par :Rédaction de Liberté, 4 juin 2008

L’ambassadeur d’Allemagne en Algérie, M. Johannes Westerhoff, a souligné, hier à Alger, la “convergence” de vues entre l’Algérie et son pays sur le projet de l’union pour la Méditerranée. “Les concertations entre les responsables algériens et allemands sur la question du projet de l’union pour la Méditerranée ont dégagé une grande convergence”, a indiqué M. Westerhoff lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’ambassade d’Allemagne à Alger. Précisant que son pays “n’est pas opposé” au projet, il a estimé que la position de l’Algérie qui préfère d’abord s’informer sur son contenu avant de se prononcer est “tout à fait juste”. Reconnaissant l’importance de ce projet “pour l’Europe et pour les pays de la rive sud de la Méditerranée”, le diplomate a estimé que l’un des points qui doit être précisé est de savoir si l’initiative “va concerner une partie ou toute l’Europe”. Il a affirmé en outre que “sans l’Algérie, le projet d’union pour la Méditerranée n’a pas de grandes chances de réussite”, ajoutant qu’“il faudrait donner de la substance à ce projet”. Il a estimé, dans ce contexte, qu’en renforçant son contenu, l’initiative pourra donner de meilleurs résultats que le processus de Barcelone qui cumule, a-t-il dit, de “nombreuses faiblesses”. M. Westerhoff a réitéré, par ailleurs, la volonté de son pays d’“élargir” et d’“approfondir” ses relations avec l’Algérie dans tous les domaines. Soulignant l’“excellence” des relations algéro-allemandes, il a relevé l’intérêt “particulier” que porte son pays à l’Algérie en raison, notamment, de “sa situation géographique, carrefour entre l’Orient et l’Occident, de son potentiel économique ainsi que de son retour remarquable sur la scène politique internationale depuis l’an 2000”. Sur le plan de la coopération, M. Westerhoff a affirmé que l’Algérie et l’Allemagne entretiennent un “véritable” partenariat dans les domaines économique, culturel, militaire, sécuritaire et prochainement judiciaire, appelant à l’élargir à de nouveaux secteurs. Concernant la circulation des personnes entre les deux pays, l’ambassadeur d’Allemagne a fait savoir qu’à compter du 8 juin courant, les demandes de visas se feront via un centre d’appels dans le but, a-t-il dit, “d’améliorer” les services consulaires et de faire “gagner” du temps aux demandeurs de visa. Il a relevé, à cet effet, que 80% des demandes de visa traitées par les services consulaires allemands en Algérie “sont satisfaites”. S’agissant du volet culturel, M. Westerhoff a rappelé que le centre culturel allemand à Alger a rouvert ses portes depuis 2003 et compte actuellement plus de 600 adhérents. Le programme du Goethe Institut sera consacré cette année aux œuvres des jeunes créateurs et artistes des deux pays, a-t-il fait savoir. Dans le domaine sécuritaire et militaire, l’ambassadeur s’est félicité de la coopération bilatérale concrétisée par l’échange de visites de responsables des deux pays et la coopération en matière de formation.

R. N.