Le Front Polisario remet une lettre au SG de l’ONU

Le Front Polisario remet une lettre au SG de l’ONU

La révocation de Van Walsum en toile de fond

Par Yassine Mohellebi, Le Jeune Indépendant, 10 août 2008

Un haut responsable sahraoui, M. M’hamed Khadad, porteur d’une lettre adressée à M. Ban Ki-moon par le président sahraoui Mohamed Abdelaziz, a été reçu, hier, au siège de l’Organisation des Nations unies à New York.

M. Khadad, coordinateur du Front Polisario avec la Minurso, s’est entretenu avec Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint chargé des affaires politiques, auquel il a remis la lettre du président Abdelaziz.
M. Khadad a précisé à l’agence sahraouie SPS que la lettre a trait aux derniers développements de la question de décolonisation du Sahara occidental et du processus de négociations engagé entre le Front Polisario et le Maroc dans le cadre des résolutions onusiennes en vue d’une solution définitive permettant l’autodétermination du peuple sahraoui.
Dans ce contexte, il a soulevé avec son interlocuteur onusien le problème des violations des droits de l’homme dans les territoires de la RASD occupés par le Maroc et a demandé, «comme l’ont déjà suggéré de nombreux membres du Conseil de sécurité», à ce que la Minurso «prenne en charge cette question dans le cadre de sa mission dans le territoire, et ce afin d’éviter que se poursuivent, dans l’impunité, les atrocités commises par les forces d’occupation coloniales marocaines à l’encontre de populations sahraouies sans défense».
Le Front Polisario demeure toujours attaché à «continuer de participer de bonne foi aux négociations et réaffirme sa volonté ferme à parvenir avec le Maroc, comme le stipulent les résolutions 1 754 et 1 813 du Conseil de sécurité, à un règlement définitif fondé sur la légalité internationale et respectueux du droit inaliénable et imprescriptible du peuple sahraoui de décider, démocratiquement et en toute liberté, de son devenir», a rappelé le responsable sahraoui.
Cependant, a-t-il réaffirmé, le Front Polisario considère que Peter van Walsum, «en adoptant une attitude délibérément promarocaine», s’est «disqualifié pour jouer un quelconque rôle de médiateur dans le conflit». L’avenir du médiateur onusien dans le conflit du Sahara occidental serait donc des plus incertaines.
En effet, suite à des propos tenus le mois d’avril dernier devant le Conseil de sécurité, la partie sahraouie l’a déclaré inapte à poursuivre ses bons offices.
Un bras de fer est, depuis, engagé entre d’une part, les responsables sahraouis et, de l’autre, les Marocains et leurs soutiens, comme la France et les Etats-Unis, qui tentent de maintenir Van Walsum dans son poste.
Reste à savoir quelle sera la position de son mandataire, M. Ban Ki-moon. En tout cas, la poursuite des négociations entre les deux belligérants est sérieusement compromise depuis la prise de position de Van Walsum et la date pour la tenue d’un 5e round des négociations n’est toujours pas connue. Y. M.