La « conviction » de M. Ross

LA «CONVICTION» DE M. ROSS

par K.Selim, Le Quotidien d’Oran, 21 mars 2010

Jusqu’à présent, M. Christopher Ross, et contrairement à son prédécesseur Van Walsum trop pressé de réaliser la mission à peine cachée fixée par les capitales occidentales qui soutiennent le Maroc dans le conflit du Sahara Occidental, fait preuve d’une prudence extrême dans ses déclarations publiques. En s’imposant cette réserve, l’ancien diplomate américain a sans doute dans l’esprit la manière grossière et peu professionnelle avec laquelle Peter Van Walsum avait ruiné son rôle de médiateur en exigeant – comme le demande Rabat – des dirigeants du Polisario qu’ils renoncent au référendum d’autodétermination où toutes les options, y compris l’indépendance, seraient soumises au peuple sahraoui. L’émissaire de l’ONU sait pertinemment qu’il n’est pas judicieux pour un médiateur de trop s’avancer face à des protagonistes qui ont des positions diamétralement opposées et qui ne sont pas conciliables.

Cette attitude est au fond un recul au regard des résolutions déjà adoptées par l’ONU au sujet de l’exercice du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. C’est tout de même beaucoup mieux que la posture d’un Van Walsum qui par une déclaration a cru qu’il est possible d’annuler le droit international au nom du réalisme. Il n’en reste pas moins que les déclarations de Christopher Ross traduisent davantage un constat d’impasse qu’un semblant de percée dans la résolution de la crise. «C’est mon intime conviction que, grâce à la bonne volonté de chacun, nous parviendrons à résoudre cette question qui pèse sur la région depuis 35 ans», a-t-il déclaré au terme de sa visite à Rabat. Objectivement – et les propos des dirigeants marocains durant son séjour l’attestent -, rien ne vient étayer cette «conviction». Le message des dirigeants marocains est très clair : ils ne veulent pas d’un référendum. En termes simples, ils rejettent toutes les résolutions de l’ONU qui depuis des dizaines d’années – et avec l’approbation du Maroc – étaient toutes tendues vers l’organisation du référendum d’autodétermination. Le nom même de la Minurso (Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental) est tendu vers cet objectif même si on lui confie actuellement la mission de veiller au «gel» du conflit.

La «conviction» de M. Christopher Ross paraît de ce fait une formulation diplomatique vague et n’indique pas qu’une sortie de crise est possible. Quand l’envoyé personnel de Ban Ki-moon rencontrera les dirigeants sahraouis, il entendra, sans surprise, des responsables fermement décidés à demander à l’ONU d’appliquer ses propres résolutions sur la question du Sahara Occidental. En bon diplomate, M. Ross répètera son discours sur la «bonne volonté de chacun». Mais sur le fond, les choses n’avancent pas. Les soutiens occidentaux du Maroc ont neutralisé l’ONU en évitant pendant de longues années que les résolutions de l’ONU soient appliquées. Leur discours était qu’aucune solution ne devait être imposée aux parties. Ils ont essayé grossièrement avec Van Walsum d’imposer le plan d’autonomie marocain aux Sahraouis. Les Sahraouis ont montré qu’ils ne sont pas dupes de la manœuvre et l’ont récusé.

Toute la politique des Occidentaux – et on peut supposer que M. Christopher Ross y est aussi sensible que Van Walsum même s’il fait preuve de plus de tact – consiste à travailler au corps les Sahraouis pour renoncer d’eux-mêmes aux résolutions de l’ONU sur l’autodétermination. Jusqu’à présent, cette démarche se heurte au refus, légitime, des dirigeants sahraouis qui refusent une sortie du droit au nom d’une présumée «réalité du terrain». Le discours équilibriste de Christopher Ross pourrait ne pas tenir longtemps…