Le trafic ferroviaire paralysé vers l’Est du pays

Le trafic ferroviaire paralysé vers l’Est du pays

El Watan, 7 mars 2014

Les trains assurant le transport de marchandises et de voyageurs entre Alger et les wilayas de l’est du pays n’ont pas assuré le service durant toute la journée d’hier.

Cette perturbation est due à la coupure, dans la nuit de mercredi à jeudi, de cinq poteaux électriques à l’entrée Est de la ville de Réghaia, a-t-on appris des agents de la SNTF. Cet acte de sabotage aurait été commis, selon eux, par des habitants de Haï Mohamed El Bey en signe de protestation contre le projet de réalisation d’un centre d’enfouissement technique (CET) près de leur cité. Les poteaux ont été cisaillés à ras de terre, ce qui entrainé la chute des fils électriques permettant aux trains électriques de circuler.

«Les perturbations enregistrées dans le trafic ferroviaire dans la banlieue est d’Alger sont dues à un «acte de malveillance commis sur les installations ferroviaires, a indiqué la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) dans un communiqué rendu public hier. «Cette situation est due au blocage de la voie ferrée entre Réghaïa et Corso suite à un acte de malveillance commis sur les installations ferroviaires hier», précise le communiqué.

Les travaux nécessaires sont en cours de réalisation, et ce pour permettre le rétablissement rapide de la situation. Hier, des milliers d’habitants des wilayas de Boumerdès, Bouira, Béjaïa, Constantine… etc., n’ont pas pu rejoindre leur destination à temps à cause de manque de transport et la paralysie du trafic ferroviaire. Les habitants du quartier susmentionné avaient déjà observé plusieurs actions de protestation pour exiger l’annulation du projet afin «de préserver leur santé et leur environnement contre les risques de pollution».

Mais les autorités locales n’ont toujours pas répondu à leur revendication. Lundi dernier, les manifestants avaient saccagé un train de marchandise et caillassé un autre qui assure le transport de voyageurs. Quelques jours auparavant, de violents affrontements ont éclaté entre eux et les gendarmes suite à la reprise des travaux de réalisation du CET. Rappelons qu’il ne s’agit pas de leur première action. Depuis quelques mois, le trafic ferroviaire était paralysé pendant des jours vers l’ensemble des wilayas de l’Est.

Ramdane Koubabi