Tizi-Ouzou: Des Sit-in et des routes coupées

COLÈRE À TIZI OUZOU

Des Sit-in et des routes coupées

L’Expression, 08 Février 2011

L’entrée du siège de la wilaya de Tizi Ouzou a été, hier matin, le lieu d’un grand cortège de véhicules des auto-écoles qui tenaient un sit-in. Ils étaient près d’une centaine à venir manifester leur mécontentement face à ce qu’ils qualifient de mépris des services de transport. A l’origine de leur action, les protestataires dénonçaient les pratiques de favoritisme et de ségrégationnisme qui frappent leur corporation. Leur colère va plus loin.
Des banderoles ont été placardées sur les murs du bâtiment administratif. On pouvait lire la nécessité d’un traitement équitable entre les auto-écoles de la wilaya et aussi le départ du responsable du secteur. En effet, les propriétaires des auto-écoles n’en sont pas à leur première action. Bien avant, ils ont organisé des rassemblements sur le même lieu et transmis une liste de doléances portant sur l’amélioration des conditions d’exercice de leur fonction. Ces derniers travaillent souvent dans des conditions difficiles.
Des conditions que contestent les candidats aux différentes catégories du permis de conduire.
Les conditions du déroulement des examens ne sont pas, elles aussi, meilleures. Les circuits réservés ne présentent aucune commodité. Les foyers de contestation sont multipliés à Tizi Ouzou. Aussi, plusieurs axes routiers de la ville de Tizi Ouzou ont été bloqués hier matin par des citoyens en colère.
A la Nouvelle-Ville, la place Le Fleuriste a été, durant des heures, occupée par les habitants des quartiers avoisinants qui protestaient contre des travaux de réaménagement urbains qui s’éternisent. Les problèmes de logements ont été également formulés par d’autres citoyens en conflit avec les services concernés.
La fermeture de l’axe routier joignant la ville des Genêts à la Nouvelle-Ville a duré jusqu’à la mi-journée. A rappeler également, que la fermeture de ces routes a provoqué d’immenses embouteillages aux entrées principales de la ville.
De leur côté, les services de l’APC de la commune de Tizi Ouzou ont procédé à l’annulation de plusieurs projets destinés à l’amélioration urbaine au village Redjaouna El Bour.
Selon le représentant du comité de ce grand village situé sur les hauteurs de la ville de Tizi Ouzou, à trois kilomètres au nord précisément, ces projets ont été pourtant avalisés par la commission des finances de l’ancienne Assemblée destituée, il y a plusieurs semaines. En effet, le village attendait avec impatience le début des travaux de revêtement des routes en dallage antidérapant. Mais, voilà, la décision du nouveau président de l’Assemblée n’agrée pas les habitants de ce village qui attendent également le début des travaux du réseau d’assainissement, qui tardent aussi à venir.
Enfin, toujours selon les propos de leur représentant, les villageois considèrent abusives et incompréhensibles les instructions qui ont conduit à l’annulation de ces projets. A signaler, également, que l’amélioration urbaine de Redjaouna est nécessaire, au vu de l’implantation d’un des plus grands hôpitaux de la région, le sanatorium.
Des milliers de citoyens s’y rendent quotidiennement.

Kamel BOUDJADI