Tizi Ouzou : Tadmaït, ville morte

Tizi Ouzou : Tadmaït, ville morte

El Watan, 5 août 2009

Au lendemain des troubles qui ont éclaté après la découverte des corps de quatre jeunes criblés de balles, Tadmaït, à 17 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, paraissait hier comme une ville morte. Les commerçants, en signe de deuil, ont observé une grève générale.

Dès la matinée, hormis un service minimum qui était assuré, notamment par les pharmacies et les boulangeries, tous les commerçants de Tadmaït ont baissé rideau. Mais la tension était toujours perceptible chez des jeunes éparpillés çà et là dans les différentes ruelles de la ville. Un comité de sages et de notables de la région s’est constitué pour essayer d’apaiser les esprits. On a appris que la gendarmerie a diligenté une enquête pour élucider les circonstances du drame. Devant la morgue du CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou, où ont été acheminées les dépouilles des victimes, l’on a vu, durant la matinée d’hier, des membres des familles des défunts, des proches et des dizaines de citoyens de la région de Tadmaït particulièrement. Vers 15h, les corps des quatre victimes ont été transportés à bord d’ambulances vers les domiciles mortuaires au village Ichakalène, à 3 km au sud du chef-lieu communal. L’enterrement a eu lieu, hier dans l’après-midi, en présence du président de l’APW de Tizi Ouzou et le secrétaire général de la wilaya. Pour rappel, les quatre jeunes ont été découverts lundi à 14h criblés de balles, près du village Ichakalène. Ils ont été assassinés alors qu’ils revenaient du marché, approvisionnés en fruits et légumes pour les besoins d’une fête. La nouvelle a, en un laps de temps très court, fait le tour de la localité, jetant émoi et consternation dans la population. Dès lors, des jeunes ont investi la rue pour exprimer leur colère devant, disent-ils, le retard des forces de sécurité à intervenir pour récupérer les corps des victimes. Des manifestants en furie avaient bloqué la RN12, reliant Tizi Ouzou à Alger, durant plus de quatre heures. Au cours de la journée d’hier, la route était rouverte à la circulation

Par Hafid Azzouzi