Le siège de l’APC de Khellil assiégé

Après la mort par électrocution d’un ouvrier à Bordj Bou-ArrÉridj

Le siège de l’APC de Khellil assiégé

Par : Chabane Bouarissa, Liberté, 12 août 2009

La commune de Khellil, relevant de la daïra de Bir Khassed Ali, située à 32 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj a été, hier, mardi, le théâtre de violentes échauffourées, après la mort par électrocution d’un ouvrier de l’APC.
Tout a commencé dans la matinée, un peu avant 10 heures. Un ouvrier de l’APC, répondant aux initiales B.K., âgé d’une quarantaine d’années, père de quatre enfants dont une fille, est mortellement électrocuté, selon des témoins oculaires, en essayant d’effectuer un travail d’entretien de routine sur un poteau électrique.
La victime succombera sur le coup avant même l’arrivée des techniciens de la Sonelgaz.
Cet accident, le deuxième dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, provoquera le courroux de la population.
Des jeunes, munis pour certains de gourdins ont barricadé la RN 103 à hauteur de l’intersection menant vers le chef-lieu de la daïra, à Bir Kassed Ali, avant d’incendier un véhicule appartenant à la Sonelgaz.
Selon les émeutiers, les techniciens de cette société ont mis beaucoup de temps pour venir secourir cette victime et couper le courant. “Il a fallu l’intervention des agents de Bougaâ”, disent-ils. “Il est resté plus d’une heure suspendu aux câbles”, disent les manifestants.
En furie, un autre groupe d’émeutiers sont allés bloquer la RN5 au niveau du pont reliant Bordj Bou-Arréridj à Sétif. De peur d’être pris pour cibles, le siège de l’APC et toutes les administrations ainsi que les commerces ont fermé.
La commune qui compte près de 26 266 habitants a pratiquement été désertée par ses habitants qui craignaient le pire.
De son côté, la Sonelgaz, par la voix de l’un de ses responsables à Ras El- Oued, regrette ces évènements et la mort de l’ouvrier mais s’en défend. “Nous n’avons été alerté que 20 minutes après l’accident. Par ailleurs, nous n’avons à aucun moment été avisés que l’APC allait effectuer une réparation, car c’est toujours la procédure à suivre afin justement d’éviter ce genre de drame”, a conclu, hier, notre interlocuteur.

Chabane Bouarissa