Émeutes à Khenchela: La gendarmerie dépêche une commission d’enquête

Émeutes à Khenchela

La gendarmerie dépêche une commission d’enquête

Par : Walid. B./L. N., Liberté, 10 mars 2007

Au lendemain des émeutes qui ont secoué, mercredi dernier, la petite localité de Kaïs, située à 20 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Khenchela, le calme semble, peu à peu, reprendre ses droits, en dépit de la tension qui a régné durant deux jours consécutifs, suite à la mort des deux jeunes Belaâlmi et Belhafsi, âgés respectivement de 33 et 32 ans. En effet, c’est dans une atmosphère empreinte de consternation que l’enterrement des deux victimes a eu lieu, jeudi après-midi, au cimetière Henchir-Lazrag, dans la mechta de Ouled Si Z’rara, dans la commune de R’mila. À l’approche du cortège funèbre, l’agitation des citoyens, venus assister à la levée des corps, commençait à se faire sentir aux alentours de la rue principale, ce qui amena les parents et les proches des victimes à changer l’itinéraire et se diriger directement au cimetière, où les attendaient les autorités civiles et militaires de la wilaya.
Par ailleurs, une commission d’enquête dépêchée par l’état-major de la Gendarmerie nationale s’est déplacée sur les lieux, au lendemain des émeutes, afin de déterminer les causes et les circonstances des émeutes qui ont fait, au total, deux morts et 25 blessés, dont 15 parmi les éléments de la Gendarmerie nationale. Par ailleurs, selon d’autres sources concordantes, 17 personnes ont été interpellées, dans la nuit de mercredi à jeudi et se trouvent toujours en garde à vue, dans les locaux de la sûreté de daïra. Pour rappel, les évènements remontent à la nuit de mardi à mercredi derniers. Un automobiliste, le jeune Belaâlmi en l’occurrence, était à bord d’un véhicule de marque Renault Megane, en compagnie de deux amis, lorsque ce dernier a été sommé de s’arrêter à un barrage de la Gendarmerie nationale. Le jeune conducteur a, selon notre source, refusé d’obéir aux sommations de la gendarmerie et forcé le barrage. Suite à quoi, les gendarmes en poste ont tiré sur le véhicule et ont blessé le jeune Belaâlmi qui décédera sur le coup. Le jeune Belhafsi, quant à lui, sera touché par balle, lors des émeutes qui ont éclaté le lendemain du tragique accident et succombera à ses blessures le jour même, où quelque 300 citoyens ont, rappelons-le, assiégé la brigade de la gendarmerie et saccagé les locaux. Ils ont brûlé, dans la foulée, 4 véhicules 4×4.

Walid. B./L. N.

 

Commentaire de Djamaledine Benchenouf:

Plusieurs informations contenues dans cet article doivent être corrigées.

Les émeutes n’ont pas eu lieu à Khenchela, mais à Kaïs, une Daira situé à 22 kilomètres de Khenchela! Le jeune Belamri n’était pas au volant, mais à l’arrière du véhicule. Le véhicule n’a pas forcé le barrage, mais avait pris la fuite, car c’était un barrage ouvert. Les gendarmes disposaient d’un véhicule beaucoup plus rapide que la petite Renault des fuyards et auraient pu les poursuivre sans tirer, car ils étaient en terrain découvert et il n’y avait aucune menace. Ce qu’ils ont fait du reste après avoir tiré et il semble même qu’après avoir rattrapé et immobilisé le véhicule, ils aient battu les autres occupants alors que leur victime baignait dans son sang sur la banquette arrière. Cette information devra néanmoins être vérifiée. Les quinze blessés parmi les gendarmes présentent des blessures très légères, contrairement à celles des jeunes manifestants dont certains se trouvent dans un état grave. Les gendarmes connaissaient le véhicule et ses occupants et il semblerait qu’il aient cru que c’étaient des trabendistes qui voulaient echapper au racket.

Voir aussi:
Assassinat de deux jeunes à Kais: Les gendarmes tuent encore!
(D. Benchenouf, 10.03.07)