Procès en appel des émeutes de Gdyel: Verdict la semaine prochaine

Procès en appel des émeutes de Gdyel: Verdict la semaine prochaine

par H. Saaïdia, Le Quotidien d’Oran, 4 juin 2008

Le parquet a requis, hier, des peines plus lourdes que celles prononcées en première instance contre les personnes impliquées dans les émeutes qui ont ébranlé la localité de Gdyel, dans la wilaya d’Oran, fin avril dernier. Lors du procès, qui s’est tenu hier devant la cour d’appel d’Oran, le représentant du ministère a, en effet, requis une peine de 2 ans d’emprisonnement contre l’ensemble des accusés, y compris ceux ayant été relaxés par le tribunal correctionnel du premier degré de Gdyel.

Le réquisitoire du procureur de la République a été prononcé devant les accusés et leurs familles, présentes à l’audience, et qui ne cachaient pas leurs appréhensions, notamment les 11 personnes qui ont été innocentées au premier procès et les 9 autres condamnées à la prison avec sursis et qui, de ce fait, comparaissaient libres hier. Pour certains avocats, par contre, un tel réquisitoire était un peu attendu dans la mesure où le parquet général avait interjeté l’appel pour contester le jugement rendu par le tribunal de Gdyel concernant l’ensemble des accusés, poursuivis pour « attroupement non armé et détérioration de biens d’autrui». Les uns comme les autres devront, cependant, attendre jusqu’à mardi prochain pour connaître le verdict puisque le juge a décidé de mettre l’affaire en délibéré, à l’issue des débats. Débats qui ont connu un chaud «duel judiciaire » à coups d’argumentaires et d’articles de code entre la défense et les parties civiles. Celles-ci, en l’occurrence le Trésor public et Algérie Poste, par la voix de leurs avocats, ont demandé dommages et intérêts suite aux dégâts matériels qu’ont subi leurs établissements locaux lors des émeutes.

Pour rappel, le tribunal correctionnel de Gdyel avait prononcé 3 mois de prison ferme contre 5 personnes et 6 mois de prison ferme contre 4 autres. 9 autres prévenus avaient, quant à eux, écopé de 6 mois de prison avec sursis, alors que le reste (11 personnes) ont été relaxés.