Chetaïbi s’enflamme

Après l’assassinat d’un jeune de 25 ans

Chetaïbi s’enflamme

Par : B. BADIS, Liberté, 12 août 2008

Le jeune Lyès Bouaziz, 25 ans, a été assassiné d’un coup de couteau hier tôt dans la matinée, alors qu’il poursuivait des voleurs qui ont tenté de cambrioler son domicile familial. La victime, qui venait juste de terminer son cursus universitaire, a rendu l’âme lors de son transfert au CHU de Annaba. Ce drame s’est passé aux environs de la prière du “fedjr”. Cette matinée, quatre malfrats, originaires du quartier Ruisseau d’or de Annaba, spécialisés dans les vols avec agressions caractérisées, ont jeté leur dévolu sur le domicile de la famille Bouaziz Mokhtar, situé à l’entrée du village. Mais, une fois à l’intérieur, les cambrioleurs se sont fait remarquer par le chef de famille, lequel a donné l’alerte. Un des intrus n’a pu échapper. Il a été maîtrisé à l’intérieur de la maison, alors que ses autres complices ont été poursuivis par les deux fils de cette famille. L’aîné, qui a réussi à intercepter l’un des fugitifs, a été mortellement poignardé.
Alertés du drame, les jeunes du village ont lancé une véritable chasse à l’homme puis aux estivants. Le bourreau du jeune Lyès a été arrêté et sévèrement corrigé, quelques heures plus tard, du côté de la plage Sable d’or sur la route menant au site de Sidi-Akacha, à quelque 7 km environ du lieu du meurtre. Cependant, lors de son arrestation par ses poursuivants, l’assassin a réussi une fois encore à faire une seconde victime. Celle-ci, sérieusement atteinte à l’arme blanche, a été évacuée en urgence au CHU de Annaba. L’opération de “ratissage” lancée par les habitants à la recherche des deux autres acolytes est toujours en cours. La région de Chetaïbi est pratiquement bouclée par les jeunes du village, dont une partie s’est attaquée malheureusement aux estivants, installés au niveau de la plage de la ville, la fontaine romaine et la baie ouest.
Alors une mêlée générale s’en est suivie. Les estivants affolés couraient dans tous les sens. Leurs bagages ont été rassemblés près du siège de la commune puis brûlés. Malheureusement, cette chasse aux estivants a fait encore une autre victime, soit un vacancier. Lui aussi a été lui poignardé et a été admis au niveau du centre de santé de Chetaïbi. Nous avons tenté de joindre le village, situé à 70 km à l’ouest de Annaba. Mais tous les accès ont été fermés par les éléments de la Gendarmerie nationale. En effet, un impressionnant cordon de sécurité a été installé au niveau des principales routes menant à Chetaïbi, à savoir celle de Zaoui et Zgâa. De même que plusieurs brigades anti-émeutes des différents corps de sécurité ont été dépêchés sur les lieux. Joint par téléphone, un responsable local a tenu à préciser : “Actuellement, la situation est très tendue. Une véritable pagaille s’est installée dans notre paisible petite ville.” Et d’ajouter qu’“il faut s’attendre au pire à l’issue de l’inhumation de la victime, prévue après la prière d’“el- asr”. Des émeutes ne sont pas à écarter.

B. BADIS


CHETAÏBI

Les habitants veulent chasser les estivants

L’Expression, 12 Août 2008

Dans un élan de protestations, les habitants demandent aux autorités de sécuriser leur commune.

Dans une marche passive, les habitants de la commune de Chetaïbi (Annaba) ont demandé de manière pacifique le départ des estivants, notamment les célibataires, se trouvant sur le littoral d’El Hadjara. Dans le même élan de protestations, ils demandent aux autorités de sécuriser leur commune.
A l’origine de cette situation, le crime perpétré contre le jeune B. I., âgé de 23 ans, par l’un des cambrioleurs qui tentaient de cambrioler la maison familiale de la victime.
Il était 5 heures du matin lorsque le père de la victime, entendant des pas dans le 2e appartement, a compris qu’il s’agissait d’un cambriolage. Tout en donnant l’alerte, le père a tenté de rattraper les voleurs. Maintenu par le pied, l’un des voleurs s’est débattu et sauta par la fenêtre, pendant que les trois autres complices avaient déjà pris la fuite. Une vraie chasse à l’homme est lancée. Un des voleurs a été rattrapé dans la forêt de Aïn Fekoun à El Zaouia par le fils et le père ainsi que des habitants qui l’ont conduit au poste de la gendarmerie.
Au même moment, l’un des acolytes et sans que l’on ne s’aperçoive, enfonça un couteau de boucher en plein coeur de la victime qui persévérait dans ses recherches dans l’espoir de rattraper les autres voleurs. Le coup lui fût fatal. Il succomba à ses blessures avant même d’arriver à la structure sanitaire.
Il s’est avéré, par la suite, que les voleurs n’étaient pas de la région. Ce sont de jeunes estivants venus passer quelques jours de vacances. Pris de colère, les habitants ont demandé le départ de tous les estivants célibataires, et ont bloqué la route menant au chef-lieu de leur commune.
Et au moment où nous mettons sous presse, toute la ville de Chetaïbi ressemble à une ville fantôme. Tous les commerçants ont baissé rideau.
Un climat de panique règne, car les trois voleurs sont toujours en cavale, et les chances de les retrouver sont minces, vu la densité de la forêt de cette région.

Wahida BAHRI