Bordj Badji-Mokhtar : Le bilan de l’affrontement tribal s’alourdit

Bordj Badji-Mokhtar : Le bilan de l’affrontement tribal s’alourdit

par R.N., Le Quotidien d’Oran, 17 août 2013

Un calme précaire règne sur la ville frontalière de Bordj Badji-Mokhtar après les échauffourées qui ont éclaté mardi soir dans cette cité, ont indiqué, jeudi, les services de la wilaya d’Adrar, ajoutant que 40 personnes impliquées dans ces évènements ont été arrêtées par les forces de sécurité. Les personnes impliquées dans ces évènements «condamnés par la population locale» ont été interpellées par les forces de sécurité et remises à la justice, a-t-on ajouté de même source.

Les autorités locales poursuivent leurs démarches auprès des différents acteurs de la société civile locale pour régler ce conflit qui a éclaté suite à une tentative de vol d’un magasin avant que la situation ne dégénère en échauffourées entre membres de deux communautés de la région, touareg et arabes. Le déploiement des forces anti-émeutes à travers les points névralgiques de la ville a contribué à une normalisation progressive de la situation et un calme précaire règne actuellement, selon la même source.

Le bilan des victimes des échauffourées ayant éclaté mardi soir dans la localité, suite à un conflit tribal, s’est élevé à 6 morts et 30 blessés, dont 6 dans un état grave, ainsi que plusieurs biens incendiés, a indiqué jeudi le secrétaire général de la wilaya d’Adrar. «Le respect de la loi et le maintien de l’ordre seront imposés et la justice appliquée», a souligné, à ce propos, Abdelkader Bradai, signalant que le wali d’Adrar est toujours sur les lieux pour œuvrer à l’apaisement de la situation et le règlement du conflit.

Le secrétaire général de la wilaya d’Adrar a aussi formellement démenti tout lien entre ces échauffourées qu’il a qualifiées de «fitna» et la gestion du dossier des sinistrés des dernières intempéries, dont la prise en charge se poursuit «normalement». Le wali d’Adrar, Ahmed Abdelhafidh Saci, avait affirmé, mercredi, à l’APS que ce conflit tribal (communauté targuie et arabe, ndlr), qu’a connu la ville de Bordj Badji-Mokhtar, a été provoqué par la tentative de vol dans un magasin, avant que la situation ne dégénère en échauffourées entre les proches du propriétaire du commerce et ceux de la personne impliquée dans la tentative de vol. Le wali a tenu, jeudi matin, une autre rencontre de concertation, au siège de la daïra de Bordj Badji-Mokhtar, avec les différents acteurs de la société civile locale, afin d’appeler à «la sagesse», à «faire prévaloir le dialogue et la raison», à «rejeter la violence» et à «se consacrer au développement de cette région frontalière». Des renforts de forces de maintien de l’ordre sont arrivés dans la commune de Bordj Badji-Mokhtar et se sont déployés autour des points névralgiques de la ville pour assurer la sécurité des personnes et des biens, a constaté, mercredi soir, un journaliste de l’APS.