Bejaia: La contestation gagne la rue

BÉJAÏA

La contestation gagne la rue

L’Expression, 08 Février 2011

La situation s’est aggravée depuis la réduction draconienne des quotas de poudre de lait décidée par l’Onil.

Menacés par le licenciement, les travailleurs de l’unité de lait «La Vallée» dans la région de Tazmalt, sont descendus dans la rue pour défendre leurs emplois menacés. Ils ont tout bonnement fermé la RN26 à la circulation. C’est la deuxième action du genre si on compte celle des travailleurs de l’Epbtp d’El Kseur initée la semaine dernière à El Kseur. Deux actions qui singularisent, faut-il le souligner, la nouvelle lutte syndicale qui prend forme. On n’hésite plus à descendre dans la rue présentement. A travers cette action, le collectif des travailleurs de l’unité de transformation de lait en poudre La Vallée de Tazmalt, entendait dénoncer la situation de précarité de leur entreprise. Une situation qui s’est aggravée depuis la réduction draconienne des quotas de poudre de lait décidé, par l’Onil. L’usine, qui tournait avec 220 tonnes de lait en poudre, ne fonctionne plus aujourd’hui qu’avec 67 tonnes, affirme Younès Zegane, l’un des responsables de cette unité, employant plus de 300 personnes et cadres en emplois directs et indirects. Le plan de sauvetage mis en place, consistant à une réduction des salaires de 50% avec un plan de charge de deux jours de travail par semaine a été rejeté par les travailleurs qui ont décidé de sortir dans la rue et fermer la RN26 à hauteur du village Allaghane. Seuls les malades et les cas urgents ont pu circuler sur cet axe routier à double sens. Deux tiers des travailleurs seront licenciés par les responsables de cette usine qui tourne à 15%. Avec une capacité réelle de 120.000 litres par jour, elle ne produit aujourd’hui que 20.000 litres en raison de la réduction de son quota en poudre de lait. Il est unutile de rappeler que les sit-in devant la wilaya et les lettres envoyées au ministère de l’Agriculture, au wali et aux différentes directions et autorités compétentes n’ont pas eu d’écho, affirmaient hier, à l’unisson, les travailleurs frondeurs. «Le blocus va se poursuivre tant que nous sommes dans cette situation», menacent-ils encore. Dans une correspondance datant du 9 janvier dernier, le collectif des travailleurs de «La Vallée» avait soulevé le problème de réduction de l’approvisionnement de l’unité en poudre de lait qui «conduira irrémédiablement à l’arrêt définitif de l’unité», sollicitant par la même occasion, les autorités afin d’intervenir pour un approvisionnement suffisant et régulier.

Arezki SLIMANI