Dramatique problème de l’eau à Annaba

Dramatique problème de l’eau à Annaba

Les habitants de plusieurs quartiers ont manifesté leur colère dans la rue

Liberté, 30 août 2017

Les habitants de plusieurs quartiers de la ville d’Annaba ont investi la rue, hier, pour dénoncer la pénurie d’eau qui dure depuis maintenant trois mois et réclamer des solutions immédiates à cette situation. Les citoyens sont sortis, hier, en début de matinée, pour bloquer la circulation automobile au niveau du rond-point de la cité Pont-Blanc sur les axes menant vers le centre-ville et en direction des plages de la ville, provoquant un embouteillage monstre, qui a obligé les usagers de la route à emprunter d’autres voies. Une autre manifestation de même importance a eu lieu au même moment et avec la même détermination à hauteur de la commune de Sidi-Amar, en périphérie de la ville côtière.
Là, également, le trafic routier a été sérieusement perturbé entre 9h30 et 13h, déplorent des automobilistes qui n’ont pu emprunter l’axe routier desservant la cité Chaïba et la zone industrielle d’El-Hadjar. On notera que les services de sécurité, mobilisés en force sur ces deux points chauds ont déployé des efforts considérables pour faire face à cette situation explosive.
Il y a lieu de signaler que la crise de l’eau a donné lieu à d’autres manifestations, lundi soir, dans les quartiers de Béni M’haffeur et de la Ménadia. Les habitants de ces cités urbaines excédés par la pénurie d’eau potable, qui les a contraints depuis le mois de juin à un rationnement drastique, ont fini par opter pour la manifestation de rue pour amener les pouvoirs publics à se pencher sérieusement sur ce problème vital. Ils ont ainsi bloqué, chacun de leur côté, les principales voies d’accès à la partie nord de la ville, que sont le boulevard d’Oued Kouba supérieur et le boulevard Benboulaïd, entre 20h30 et minuit. Ces deux démonstrations de mécontentement ont mis les services de sécurité sur les dents, sans que l’on enregistre le moindre incident, les manifestants ayant fini par accepter de libérer la circulation routière dans le calme, mais en promettant de revenir à la charge autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que l’eau revienne dans les robinets.

Le complexe sidérurgique menacé d’arrêt par manque d’eau
Le manque d’eau industrielle, cette fois, pose un problème tout aussi sérieux au site sidérurgique d’El-Hadjar, dont les installations sont menacées d’arrêt, apprend-on auprès du secrétaire général du syndicat d’entreprise, Noureddine Amouri.
Selon ce dernier, la situation serait alarmante du fait que le complexe sidérurgique n’est plus alimenté en eau depuis deux jours. “La décision de mettre en charge nos installations et d’arrêter celles-ci contraints et forcés, dès ce mercredi matin (aujourd’hui, ndlr), a été prise en conseil de direction extraordinaire après consultation des services techniques concernés. Elle fait suite à la baisse de niveau qui a été enregistrée au barrage de Mexa dans la wilaya d’El-Tarf, dont la retenue alimente la station de traitement des eaux du complexe”, annonce ce syndicaliste. D’autres sources, qui ont requis l’anonymat, affirment que cet arrêt, qui risque de se prolonger en raison de la sécheresse, finira par endommager le haut-fourneau. “Tout le monde sait ici que nous consommons en moyenne 300 l/seconde pour différents usages dans nos ateliers et principalement dans la partie chaude des aciéries et de la cheminée. Ce débit représente à peu près 45% de celui destiné à toute la population d’Annaba, c’est dire son importance”, souligne l’un de nos interlocuteurs.
Nous n’avons pu joindre Maâtallah Chemseddine, le directeur général du complexe, pour avoir son avis sur cette situation. Ce dernier a superbement ignoré nos appels insistants et nos messages.

A. Allia