Benflis qualifie les populations du Grand Sud de « damnés de la terre »

Benflis qualifie les populations du Grand Sud de « damnés de la terre »

El Watan, 21 mai 2015

Ali Benflis s’est efforcé de répondre à ceux qui considèrent qu’en Algérie « plus personne ne fait confiance à la politique et aux politiques ».

L’ex-candidat à la présidentielle d’avril 2014, Ali Benflis, poursuit son périple à travers le pays, en prévision de la tenue du congrès constitutif de son parti Talaiou El Houriyet (Avant-gardes des libertés). Aujourd’hui jeudi, il a été à Bechar pour présider les travaux du congrès régional.

Ali Benflis a prononcé un long discours devant ses partisans où il a souligné que le Grand sud « n’a pas eu sa juste part dans le développement économique et social du pays ». Plus loin encore il a déclaré que « toutes les populations de notre grand sud (…) sont les damnés de la terre dans leur propre pays politiquement, économiquement et socialement ».

Pour remédier à cette situation, l’orateur a promis de faire de cette vaste région « le moteur » d’une nouvelle croissance pour notre pays. La région du Grand sud fera l’objet, lors de la tenue du congrès constitutif du parti, d’un « résolution spécifique » portant sa vision du modèle de développement « équilibré et harmonieux » du pays.

Démonstration de force

Par ailleurs, Ali Benflis s’est efforcé de répondre à ceux qui considèrent qu’en Algérie « Plus personne ne fait confiance à la politique et aux politiques ». « S’il y a une désaffection chez nos concitoyennes et nos concitoyens celle-ci ne se manifeste qu’à l’égard des mauvaises politiques ; je veux dire que ce qui est rejeté ce n’est pas la politique mais la mauvaise politique. Et s’il y a une hostilité envers le politique ce n’est pas à l’égard du politique qui sert l’intérêt général mais bien plutôt envers le politique qui se met au service de lui-même ou au service d’un clan, d’une faction ou d’une coterie », a expliqué l’ancien chef de gouvernement.

Enfin, Ali Benflis a indiqué que la tenue des congrès régionaux (à Oran, Constantine et Bechar), n’est pas une obligation légale pour la constitution de son parti. Ces congrès ont été tenus, selon ses dires, pour « faire la démonstration que notre parti est effectivement présent partout sur le territoire national ; qu’il s’est structuré sur l’ensemble des wilayates et qu’il parachève sa représentation sur l’ensemble des dairates et des communes ; et que des concitoyennes et des concitoyens rallient ses rangs en grand nombre des quatre coins du pays ».

Le congrès constitutif de Talaiou El Houriyet aura lieu le 13 juin prochain à Alger.

Farouk Djouadi