La solidarité avec Ghaza bloquée par les pétromonarchies pro-américaines

La solidarité avec Ghaza bloquée par les pétromonarchies pro-américaines

La Ligue arabe lance des «appels» alors qu’Israël massacre

par Salem Ferdi, Le Quotidien d’Oran, 18 novembre 2012

La guerre israélienne soutenue par les Américains contre la population de Ghaza s’est poursuivie, hier, alors que les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe se réunissaient en session extraordinaire au Caire dans un climat de scepticisme sur sa volonté à agir autrement que par des dénonciations verbales. Et pour cause, une note du SG montre que la Ligue se contente de lancer des appels sans prendre des actes concrets. Du déjà vu !

Au moins dix personnes ont été tuées dans la journée d’hier portant le bilan de pertes palestiniennes à 41 personnes dont plusieurs enfants ainsi que des centaines de blessés. Comme lors de la précédente agression contre Ghaza, Israël a entrepris des raids destinés à détruire les infrastructures comme le siège du gouvernement, le Quartier général de la police, l’Université islamique et même le stade Palestine. Ce sont tout simplement des cibles civiles qui sont attaquées sous le prétexte éculé que les tirs de roquettes en proviennent. Les fascistes israéliens n’ignorant pas la densité de la population à Ghaza ont ainsi l’assurance de faire des cartons «courageusement» contre des femmes et des enfants. Sur le terrain, les Palestiniens résistent et se déclarent prêts à se battre contre une éventuelle intervention terrestre de l’armée israélienne qui a décidé de mobiliser 75.000 réservistes. Les différentes factions palestiniennes ne croient pas au sérieux des appels à la trêve et ripostent par leurs moyens limités. Cette nouvelle guerre imposée aux Palestiniens de Ghaza se fait dans une relative solitude. Pourtant, la disponibilité de quelques missiles iraniens ayant permis d’atteindre Tel-Aviv est un indicateur que la donne peut changer si la profondeur stratégique de la résistance est rétablie.

UNE LIGUE COUSUE DE FIL AMERICAIN !

La réunion extraordinaire de la Ligue arabe suscite le scepticisme général sur la volonté et le courage des responsables arabes à changer la donne. Et à sortir d’une apathie qui les pousse à déléguer la « solution » aux Américains qui sont tout sauf des arbitres. Mahmoud Abbas en sait quelque chose, lui qui malgré des concessions extraordinaires n’en finit pas d’essuyer des rebuffades américaines. Obama a même pris le téléphone pour lui signifier que sa demande de reconnaissance de la Palestine à l’Onu est inacceptable. La résistance palestinienne est désormais réfugiée à Ghaza. La chute du régime Moubarak a quelque peu changé la donne mais elle ne l’a pas bouleversée. Le Caire aussi a besoin d’un soutien arabe pour pouvoir se passer des aides économiques et se libérer de la camisole politique qui lui est imposée en vertu des accords de Camp David. Mais il était improbable de voir l’Arabie Saoudite et le Qatar – dont les actions même quand elles paraissent spectaculaires sont concertées avec les Américains – aller dans le sens d’un retour du poids politique de l’Egypte. La note du secrétaire général de la Ligue arabe rendue publique, hier, a été, hélas, tout à fait conforme au scepticisme. Ceux qui attendaient des décisions fermes devront se contenter d’un appel à une « protection internationale » du peuple palestinien. A défaut de prendre leurs responsabilités, les Etats arabes demandent à la « communauté internationale » d’assumer les siennes s’agissant du « maintien de la sécurité et la paix dans la région ».

VŒOEUX PIEUX ET ROQUETTES FAJR 5

La note du secrétaire général qui devait être soumise aux ministres souligne – quel courage ! – que l’escalade militaire israélienne à Ghaza intervient alors que la communauté internationale passe sous silence les pratiques continues israéliennes. Elle appelle à poursuivre en justice les Israéliens, politiques et militaires, pour ces agressions et demande à la communauté internationale de « sortir de son silence sur les agressions israéliennes contre le peuple palestinien ». La Ligue n’a pas évité aussi le classique « impératif d’apporter le soutien arabe au peuple palestinien face à l’agression israélienne dans la bande de Ghaza et amener Israël à lever le blocus imposé à cette région et mettre fin à l’occupation de tous les territoires palestiniens et arabes occupés depuis 1967 ». Que de vœux pieux alors que la « communauté internationale », réduite dans les faits aux Etats-Unis et aux Occidentaux, est corps et âme avec les agresseurs. Aucune aide concrète n’est envisagée pour les Palestiniens et notamment des moyens de se défendre contre la barbarie. Les pétromonarchies qui contrôlent la Ligue arabe n’ont pas attendu que la Maison Blanche exprime son refus de toute livraison d’armes au Hamas. Les Arabes n’ont pas besoin d’ordre pour obéir. Le message s’adressait à l’Iran après que des roquettes Fajr 5 eurent été tirées sur Tel-Aviv. L’Iran, par la voix du président de la commission des Affaires étrangères du Parlement, a démenti qu’elle ait livré ces roquettes. «Nous démentons la livraison de Fajr 5 à la résistance palestinienne. L’objectif de ces accusations est de montrer que cette résistance est faible mais elle est parfaitement capable de se procurer les armes dont elle a besoin», a déclaré Allaeddine Boroujerdi. L’attitude de l’Iran est compréhensible et ces roquettes ont été probablement livrées par le Hezbollah. Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, a indiqué que le tir d’une roquette Fajr 5 était un « développement significatif ». Il est clair que cela ne changera pas le rapport de forces. Mais c’est une indication du chemin à prendre pour modifier le rapport de forces. Mais cela implique que les Etats arabes cessaient de se plier aux ordres américains et que la Ligue arabe se rapproche des peuples et cesse d’être un jouet entre les mains des pétromonarchies. On en est loin !